ça s'est passé un 15 mai

 

 

 

Le 15 mai 2005, une tornade F2 frappait Saint-Germain-de-Marencennes en Aunis
(17), occasionnant la diffusion de l'un des tout premiers clichés de tornade au sol en France. En 1878 une violente tornade, possible record avec un trajet rapporté de 110 kms (!), frappe le sud de la Vienne en 1878, soulevant à moitié tout un compartiment de voyageurs. Mais tout d'abord, en 2008... 

◊  Le 15 mai 2008 

Ce jour-là, une grosse dégradation orageuse concerne une bonne partie du pays. Une trombe marine et deux tubas sont observés et photographiés au large de Bouin (85) dans le contexte régional d'un véritable épisode de tubas et petites trombes multiples localisés sur la Vendée et le nord de la Charente Maritime. Ce même jour 3 autres tubas sont observés en très peu de temps à Polder-des-Champs, toujours en Vendée.
Une fiche-synthèse est en ligne pour cet évènement. 
Note : ce type d'épisode, véritables "outbreaks" d'intensités très faibles (tubas multiples avec 1 ou 2 toutes petites trombes terrestres/marines), a été observé pour la première fois cette année-là. Depuis  4 occurrences se sont produites dans nos régions notamment les 1er-2 mai et le 29 septembre 2013, le 25 mai et le 4 novembre 2014. On peut donc supposer ce type d'évènement plutôt fréquent en réalité. L'épisode de 2008 conserve toutefois un caractère exceptionnel par sa durée (plus d'un mois !). 



◊  Le 15 mai 2005 

Le 15 mai 2005 en tout début d'après-midi, lors du passage d'une ligne de grains sur la région, un témoin revenant de La Rochelle décrit avoir vu, du côté de Saint-Germain-de-Marencennes, un nuage "en forme de bouteille verticale", tournant sur lui-même très rapidement, et se prolongeant au sol par une tornade. Dans le village même de Saint-Germain, que la tornade venait juste de traverser, deux rues ont été particulièrement touchées : toitures entièrement ou partiellement détruites, plantes et divers objets projetés à distance, abris de jardin arrachées. Une toiture ancienne et solide a même été entièrement arrachée avec sa charpente, motivant le classement F2 de cette tornade qui reste l'une des plus intenses des années 2000 dans la région. 
La tornade se serait dissipée peu après son passage dans le village, demeurant quelques instants encore à 100-150 m du sol avant de remonter définitivement. Ce même jour, une forte averse de grêle avait affecté le Rochelais.
Une fiche-synthèse est en ligne pour cet évènement.
Note : l'un des tout premiers clichés de tornade au sol, et qui plus est l'un des plus spectaculaires, nous a été communiqué par un autre témoin, habitant d'une localité voisine, qui a photographié la tornade à une distance d'environ 1,5 kms (voir ci-contre).

 
Trombe marine au large de Bouin (85) le 15 mai 2008 - © Lionel Degremont

 
Tornade de Saint-Germain-de-Marencennes (17)
- cliché Gérard Coudreau (pris à 1,5 km de la trombe environ dans une localité voisine)

◊  Le 15 mai 1878 

Un cas de tornade assez extraordinaire par la longueur de son trajet frappe ce jour-là dans la soirée (vers 19h)  le nord de la Vienne. D'intensité maxi F3, son histoire et son trajet rappellent fortement ceux de la très probable tornade qui a frappé dans la nuit du 26 au 27 juillet 1983 précisément sur ces mêmes secteurs. En effet, elle se serait formée en Charente, aurait peut-être touché Benest dans le nord de ce département avant d'entrer dans la Vienne en suivant la vallée de la Charente dans la direction NW et gagner la vallée de la Bouleure. Mais contrairement à sa consoeur plus récente, elle va alors bifurquer brusquement vers l'Est puis le NE continuant sa route jusque dans l'Indre en direction de Belabre, où nous perdons sa trace. Sur ce trajet qui a pu selon certaines sources atteindre les 110 kms (!) elle a évidemment frappé des dizaines de communes dans la Vienne. Sa largeur, 1000 à 1200 m, était également plus que respectable


Image d'illustration - publiée sur le site de la TORRO

Pour la plupart les dégâts sont de type F2 : un peu partout des dégâts sur les arbres dont beaucoup sont directement arrachés et jetés violemment à terre, d'autres sectionnés à des hauteurs variables ou encore tordus. Côté habitations, des toitures sont arrachées, des granges et des hangars détruits, mais aucun mur d'habitation ne semble avoir été abattu. Mais entre Civray et la station de la ligne de Bordeaux de l'époque un cerisier est transporté à 30 mètres environ et une charrête transportée à plus de 6 mètres, signant à cet endroit-là un possible premier passage au stade F3. Et c'est surtout au moment où la trombe rencontre la voie ferrée joignant Lussac-les-Châteaux à Poitiers que le stade F3 semble à nouveau atteint et que les témoignages deviennent hallucinants :  un train revenant de Lussac se retrouve "pris" par la trombe qui soulève un compartiment au-dessus du rail gauche et le renverse, projetant violemment ses occupants tandis que les autres voyageurs voient la trombe arracher des arbres, dont un noyer soulevé "comme une plume" et soulevé à 4 mètres du sol !  Un boeuf aurait été jeté sur une personne et un petit berger soulevé et transporté dans sa charrette. 4 personnes seront blessés lors de cet évènement, sans compter les passagers du train soulevé.
Une fiche-synthèse est en ligne pour cet évènement.
Note : l'hypothèse de la trombe unique s'appuie sur une remarquable linéarité des dégâts tout au long du trajet, même discontinus. L'article parle aussi d'une seule trombe. Ceci étant, l'hypothèse de plusieurs cas qui se seraient passés le relais n'est pas exclue non plus, surtout avec un trajet aussi long. 

 



  Le 15 mai 2008 (le même jour que l'épisode de tubas en Vendée-Charente Maritime), dégradation orageuse sur la quasi totalité du pays, 4 à 6 cm de grêle sont relevés à Toulouse.

  Le 15 mai 1999, tornade en Dordogne
...  

Plus d'évènements pour cette date ? Consultez l'almanach de Guillaume Séchet


Source :
météo-paris.com  

 


 
→   Retour à l'index de l'Almanach

Tous droits réservés - Association Ouest-orages