ça s'est passé un 3 Juillet

 

 

 
Matha, 3 juillet 1975 : le Tour de France était passé dans la journée, le soir c'est une tornade d'intensité F1 qui longe les flancs de la petite agglomération en ravageant son cimetière. Ce même jour, l'île de Ré est ravagée par la grêle et des vents convectifs violents...

◊  Le 3 juillet 1975

A Matha (17),  vers 19 h une tornade d'intensité F1/T3 longe la portion est du bourg, heureusement non urbanisée à l'époque. Elle prend  naissance à Sainte hérie et son cône gris-noir parcourt un trajet d'environ 1,5 kms à l'est de Matha sur lequel elle blesse une jeune fille et cause divers dégâts, arbres retournés "comme par une main géante", déracinés, toitures et cheminées endommagées, des objets lourds (poubelles de jardin, sacs, planches de bois...) soulevés voire transportés jusqu'à plusieurs centaines de mètres.
Mais c'est au cimetière de Sainte-Hérie qu'elle cause les plus gros dégâts en renversant et endommageant environ 60 pierres tombales, mettant même certains cercueils à nu. Des crucifix et pots de fleurs sont retrouvés dans les champs environnants.Sur la route de Cognac une jeune fille à vélo est blessée en recevant une grosse branche sur la tête. Dans un hangar, des ouvriers médusés voient se soulever une lourde planche de bois alors que la tornade passe non loin de là. Entin en arrivant sur la route d'Angoulême, cette même route où le Tour de France était passé quelques heures plus tôt, le tourbillon renverse un camion en stationnement et cause d'ultimes dégâts dans l'école, heureusement désertée en cette période de début de vacances.
" Cône renversé, avec une liaison entre le nuage et la terre. des objets assez lourds tournoyaient dans l'air. Des arbres ont été tordus par le vent. Des cheminées on tété enlevées. la largeur de la bande qui a subi des dégâts est d'environ 300 mètres sur une longueur d'1500 mètres." (déclaration d'un témoin au recenseur officiel François Paul).
Vu l'intensité du phénomène, nous avons accolé le classement T3 sur l'échelle de TORRO au classement F1 de François Paul. →  Voir notre fiche Ouest-orages.

Ce même jour, de probables et très violentes rafales descendantes frappent également l'île de Ré, témoignant d'une situation globalement perturbée sur le département. On relève jusqu'à 133 km/h et 77,5 mm d'eau au phare des Baleines, avec chute de grêlons "gros comme des oeufs de pigeon" aux dires des témoins (2-3 cm). La grêle cause de gros dégâts dans les vignobles, céréales et marais salants, des arbres déracinés jonchent les routes, des maisons sont inondées. Les vents violents causent également des dégâts importants dans les campings.


◊ 
Le 3 juillet 1777  

De violents orages et rafales convectives ravagent le sud de la Vienne. Après une journée caniculaire, le temps commence à se dégrader vers 17 h mais c'est à 18 h qu'un système orageux probablement bien structuré ravage tout le secteur le long d'une ligne Mansle-Civray, Gençay sur une largeur de 10 à 15 kms. Des vents très violents (probable front de rafales ou rafales descendantes) arrachent des charpentes, déracinent de nombreux arbres, renversent cheminées et clochers...
Chroniques du climat en Poitou-charentes-Vendée, J.L. Audé, Lonali Editions, 2006.

 

 



Dégâts au cimetière de Matha en 1975 - © Noé Bourgoin




Image d'illustration - © Henri Buffetaut

 

  Le 3 juillet 2009, violents orages en région parisienne.

 
Le 3 juillet 2008, gros orages du Massif-Central au Nord-est et à Rhône-Alpes

  Le 3 juillet 1982, des orages provoquent des dégâts en région parisienne. On relève des rafales à 121 km/h à Paris-Montsouris et 100 km/h au Bourget.

...   →
Plus d'évènements pour cette date ? Consultez l'almanach de Guillaume Séchet


Source :
météo-paris.com  

 

 


 
→   Retour à l'index de l'Almanach

Tous droits réservés - Association Ouest-orages