ça s'est passé un 15 juillet

 

 


15 et 16 juillet 2003 : une dégradation orageuse très violente remonte du Portugal et parcourt l'ouest du pays, avec de violentes rafales de vent localisées et de nombreux dégâts à la clé. Sur le centre Ouest et notamment les Charentes c'est surtout le 16 juillet que les éléments se montrent les plus violents, notamment dans le Jonzacais. 15 juillet 1598 : ressurgissent d'un lointain passé des orages cataclysmiques survenus en Poitou, sous lesquels la ville de Poitiers est particulièrement sinistrée... 

◊  Les 15 et 16 juillet 2003 

Ce sont des dates orageusement mémorables dans notre région.

Le 15, une goutte froide remonte du Portugal vers le golfe de Gascogne et provoque de très violents orages sur le Sud-ouest littoral et le 17 avant de remonter en direction de la Normandie et du nord avec de lourds dégâts dans leur sillage.  2 campeurs sont tués à Biscarosse et un troisième près de Saumur, et on dénombre 60 blessés, dont 9 grièvement. Evacuations en masse (3500 touristes rien qu'à Biscarosse), arbres tombés sur les chaussées, inondations, toitures arrachées notamment à Bordeaux et Mérignac, 160 000 foyers privés d'électricité... complètent ce triste bilan qui concerne autant les zones forestières (Landes) que les zones touristiques ou urbaines. Dans les Pyrénées atlantiques enfin, des grêlons de taille exceptionnelle provoquent de gros dégâts dans les cultures et percent des toitures. Les journaux locaux mentionnent même un grêlon de 1300 g ! (source : Météofrance)
On fait également mention de vents à 126 km/h sur St Germain de Lusignan (Charente Maritime) avec certainement des dégâts locaux à la clé. Mais c'est surtout le lendemain que notre région allait à son tour payer un lourd tribut aux éléments.

Le 16 en effet, une violente vague orageuse traverse la Charente Maritime avec des intensifications locales extrêmes et destructrices. Bien que non meurtrier cette fois-ci, le bilan est à nouveau très lourd : 15 000 foyers privés d'électricité, nombreux dégâts sur les constructions et les cultures entraînant des demandes de classement en catastrophe naturelle pour de nombreuses communes, dont Jarne et Angoulins (17). Comme la veille dans le sud-ouest, nombreux cumuls de précipitations un peu partout.
A Jonzac, les chutes d'arbres provoquées par les vents très violents entraînent la fermeture du parc d'aventure Accrobranches.
C'est probablement à cette date qu'à Jonzac toujours, une tornade survenue à l'arrière de l'orage et aperçue par un témoin soulève une toiture de maison d'habitation et arrache des branches.  
Bien que plus épargnée, la Charente subit elle aussi quelques dégâts.

Note : si les évènements meurtriers du 15 sont restés dans toutes les mémoires des passionnés et autres acteurs de la météorologie, en revanche ceux du 16 ont connu un relatif oubli malgré leur caractère pourtant catastrophique (demandes de reconnaissance en catastrophe naturelle pour plusieurs communes). Il convenait donc d'en restaurer la mémoire pour en tirer tous les enseignements possibles.

Une fiche-synthèse est en ligne pour cet évènement.  

 

La carte du cumul des impacts de foudre en 24 h en dit long sur ces journées du 15 et du 16 juillet 2003. Ici, le cumul à 15 heures UTC la journée du 16. - Source : Wetterzentrale

 


Impressionnant coup de foudre sur Condom (Gers) - Pierre-Paul Feyte

◊  Le 15 juillet 1987

Un orage destructeur s'abat sur la région de Cognac (16), où des trombes d'eau provoquent de brutales inondations dans la ville. L'eau est montée dans certaines rues jusqu'à 80 cm en une demi-heure ! Ce même jour, le mur d'une maison d'habitation frappé par la foudre s'effondre en quelques secondes.


◊  Le 15 juillet 1598

Ce jour-là en soirée, des orages extrêmement violents frappent le Poitou et la Touraine, et semblent avoir durablement marqué les mémoires. Un sermon édité à Paris et publié dans le Journal Le Picton n° 141 (Juin 2000), présente la catastrophe comme un châtiment de Dieu et nous décrit un véritable cataclysme : "[... ] il advient débordement des eaux, foudre du ciel, tonnerres, éclairs, vents horribles, grêles, effroyables tempêtes[...].
Les orages seraient formés sur le Rochelais avant de se décaler vers le Poitou et la région de Loudun. De très nombreux et lourds dégâts dus à la foudre et au vent sont signalés : à Poitiers la toiture d'un palais est entièrement emportée "en sorte qu'il ne resta que la muraille, ayant ladite foudre jeté la charpenterie et autres matériaux en divers endroits comme ils ont été depuis trouvés." Présentée comme résultant de la foudre (possible par le biais d'une forte explosion), cette destruction pourrait aussi être imputable à une tornade. L'église Sainte-Radegonde est également endommagée ainsi que de très nombreuses maisons. Des arbres sont arrachés probablement par centaines, tous les habitants ou presque auraient été sinistrés. Les deux clochers de Châtellerault sont abattus. Le sermon signale même des courriers ou autres gens à cheval qui auraient été emportés à distance ("transportés à plus d'une grande lieue loin").
Cet épisode a été précédé le 9 juillet de cette même année par un autre épisode de vents convectifs destructeurs en Saintonge et Poitou.
(source : Le Picton n° 141, Juin 2000. Relayée dans Chronique du Climat en Poitou-Charentes-Vendée, JL Audé, Lonali Editions)


 


  Le 15 juillet 2002, de très violents orages éclatent dans le golfe de Saint Tropez, dans le Calvados. Des caravanes sont emportées par les flots.

  Le 16 juillet 2007, inondations à Rouen suite à des averses orageuses.   

...   → Plus d'évènements pour ces dates ? Consultez l'almanach de Guillaume Séchet pour les 15 et 16 juillet


Source : météo-paris.com  

 

 


 
→   Retour à l'index de l'Almanach

Tous droits réservés - Association Ouest-orages