ça s'est passé un 24 janvier

 

 

 
Dans la nuit du 24 janvier 2009 vers 4 h du matin, une dépression aborde les côtes atlantiques et va provoquer une très violente tempête, baptisée Klaus, qui restera dans les mémoires.



Comme le centre dépressionnaire passe à la latitude de La Rochelle ce sont les régions situées à plus d'une centaine de kms au sud qui subiront les rafales les plus violentes, d'une intensité quasi équivalente à celle des tempêtes de 99. Au coeur de la dépression, la pression descendra jusqu'à 967 hPa pour remonter ensuite progressivement au fur et à mesure que la tempête se déplacera vers l'Est et le Sud. Outre ce creusement spectaculaire, c'est la vitesse de progression de Klaus, nettement moindre que celle de Martin en 99, qui influera également sur la gravité des dégâts. Le 23 janvier au soir, 5 départements sont mis en vigilance rouge par Météofrance : le Gers, la Haute Garonne, les Hautes Pyrénées, Les Landes et les Pyrénées Atlantique (c'est d'ailleurs la première fois depuis la mise en place de la carte de vigilance en 2001 que des vigilances rouges sont émises pour vents violents). On notera aussi que contrairement à ce qui se passe souvent pour les tempêtes qui sont des phénomènes difficiles à cerner, Klaus a été particulièrement bien appréhendé par les prévisionnistes qui l'ont vu arriver plusieurs jours à l'avance. La veille, seul la localisation exacte du passage restait encore à déterminer.
Les dégâts seront lourds, très lourds. La tempête va provoquer d'énormes dégâts en Gironde, dans les Landes et dans le Sud-ouest en général, ainsi qu'en Languedoc-Roussillon et en Corse. Elle va causer la mort de 6 personnes et 1,7 millions de foyers au total vont se retrouver sans électricité. Le trafic routier, ferroviaire ou aérien se retrouve complètement paralysé ou partiellement bloqué selon les régions. Le bilan financier total s'élèvera au total à 3 milliards d'euros (source météo-paris.com ; 1,4 milliard selon d'autres sources).
Contrairement à Quentin quelques temps plus tard qui a été suivi par des orages grêligènes, aucun orage fort n'a été signalé dans nos régions à la suite de Klaus.

 



Trajectoire de Klaus sur image satellite - Source Weather on line

C'est dans le Sud-ouest que les dégâts sont les plus catastrophiques. Dans les Landes en particulier, la tempête provoque la mort de 4 personnes et 200 000 foyers sont privés d'électricité. C'est surtout le patrimoine forestier qui va souffrir de la violence des vents et des pluies. Anéanti à 60 % notamment la forêt du plateau landais avec les communes de Morcenx, Rion-des-Landes, Arjuzanx, Commensacq, Trensacq et Losse, il en portera les stigmates bien des années après, plongeant dans la détresse de nombreux professionnels.  Principales valeurs de vent relevées :
- 191 km/h au Cap Béar (66) - le record !
- 183 km/h à Perpignan
- 172 km/h à Biscarrosse (40)
- 152 km/h à Leucate (11)...

                                                        
                                                                       Dégâts de Klaus sur des forêts de pin dans les Landes - photos Sud -Ouest (crédit Philippe Salvat pour la 2ème)
                                                                                                            Cliquer sur les vignettes pour les faire apparaître à leur taille réelle

Les dégâts considérables causés par la tempête dans les Landes et l'ensemble du Sud Ouest ont été largement détaillés sur de nombreuses sources, c'est pourquoi nous avons choisi de nous pencher plus précisément sur ce qui s'est passé dans les régions du Centre Ouest, en Gironde bien sûr mais aussi sur les Charentes elles aussi touchées dans une moindre mesure. Mais avant cela, quelques liens pour aller plus loin :
Risques majeurs.fr : retour sur la tempête Klaus   
Article Sud-Ouest paru le 24/01/2014
→ Météofrance a publié un dossier très complet sur la tempête Klaus (lien non disponible à l'heure de rédaction)



Klaus en Gironde

Des régions couvertes par Ouest-orages, c'est la Gironde qui a subi le plus cruellement les assauts de Klaus, avec d'énormes dégâts notamment à Bordeaux, où un immeuble s'écroule sur des voitures rue Diaz. Les massifs forestiers du Médoc subissent eux aussi de lourds dommages. Quelques valeurs de vent relevées :
- 172 km/h au Cap Ferret
- 161 km/h à Bordeaux
- 145 km/h à Mont-de-Marsan


                                  
                                                                        Dégâts causés par Klaus dans la rue Diaz et un jardin public à Bordeaux (33) - photos Sud-Ouest
                                                                                                                 Cliquer sur les vignettes pour les faire apparaître à leur taille réelle

Klaus sur les Charentes

Heureusement la trajectoire de Klaus permet aux Charentes d'éviter le pire, mais on oublie souvent qu'au moment de la bascule des vents au nord en fin de matinée, la Charente maritime essuie elle aussi une tempête d'intensité certes classique (vents dépassant les 100 km/h au sud du département) mais responsable à son tour de dégâts et perturbations notables.
- 119 km/h sont relevés sur les îles de Ré et d'Oléron,
- 112 km/h à Royan,
- 107 km/h à St Germain de Lusignan,
- 108 km/h à St Agnant,
- 90 km/h à Saintes...
Plus de 85 000 foyers sont privés d'électricité, 650 interventions des pompiers dont le tiers en Haute Saintonge, notamment pour dégager les chaussées encombrées par les quelques 250 arbres tombés. Les violentes rafales entraînent également la fermeture partielle ou totale des ponts d'Oléron, de Ré et de la Seudre, ainsi que la fermeture d'un collège à Montlieu. 

A Saujon, le vent s'engouffre sous le chapiteau d'un Intermarché, dont une partie s'envole pour aller s'échouer sur la route. Verre explosé, dégâts matériesl et jets de débris ont incité clients et personnel à rester à l'intérieur du magasin.
A Saint Aigulin, toujours en Charente Maritime, un feu de transformateur provoqué par le vent entraîne l'évacuation de 5 familles. A Saintes, on dénombre 107 interventions des pompiers, dont une sur le toit de la Cathédrale St Pierre et deux débuts d'incendie. A Rochefort, chutes d'arbres, volets arrachés, antennes couchées, câbles électriques endommagés. A Saint Jean d'Angély, le magasin Emmaüs est contraint de fermer à cause des dégâts causés.
Enfin, conséquence insolite de la tempête, à Fouras l'arrivée d'un faon par la mer est signalé par le quotidien Sud-Ouest. On aurait ensuite perdu sa trace...


                         
                                  Dégâts de Klaus en Charente Maritime respectivement à Rochefort, sur la côte royannaise et à Saujon (chapiteau envolé) - Photos Sud-Ouest
                                                                                                       Cliquer sur les vignettes pour les faire apparaître à leur taille réelle


En Charente, le sud et l'ouest du département sont le plus sérieusement touchés avec 105 km/h à Chalais. On compte 250 interventions des pompiers pour des toitures envolées, des chutes d'arbres sur les chaussées et des  caves inondées, 45 000 foyers privés d'électricité.
Les jours suivants, les deux Charentes et d'autres départements touchés par la tempête vont rester en vigilance orange pour risque de crues et d'inondations. La Charente, la Seugne, la Boutonne, la Dronne et d'autres cours d'eau vont en effet déborder mais sans que ces crues progressives n'atteignent le niveau de celles de mars 2007 et a fortiori celles de 1982.

Enfin si les Charentes ont été moins touchées par Klaus, en revanche c'est la deuxième grande tempête de cette année 2009, Quentin, qui va les toucher de plein fouet dans la nuit du 9 au 10 février, tempête d'intensité heureusement moindre que celle de Klaus dans les zones les plus touchées.

 



  Le 24 janvier 1960 :  violente tempête dans le Nord-ouest. On relève 162 km/h à Rennes    
 ...

Source :
météo-paris.com  

 
→   Plus d'évènements pour cette date ? Consultez l'almanach de Guillaume Séchet .

 

 


 
→   Retour à l'index de l'Almanach

Tous droits réservés - Association Ouest-orages