La Gironde dans tous ses états

Récits de chasse du 26 juillet 2014 et compte-rendu de dégâts par Astrid Neveu

 

 

La situation s'annonce fort bien jeudi en dépassant les 34° en après-midi sur mon secteur et avec une "tropicalité" de plus en plus pesante, augurant donc de très bonnes choses pour la soirée. Le vent est calme, l'humidité se maintient, pas une seule miette de crasse à l'horizon (dans nos contrées atlantiques c'est toujours à surveiller ça !).

Vers 19h les premiers échos apparaissent dans le golfe de Gascogne, empruntant une trajectoire SO-NE parfaite (surtout pour les girondins). Jusqu'en début de soirée lorsque cela reste en mer les cellules restent assez faibles mais commencent doucement à s'organiser en une petite ligne.

Je m'en vais assez vite plein Ouest pour intercepter avant la tombée de la nuit les premières cellules. Je me poste vite fait à la sortie de Marcheprime en bordure d'une zone forestière défrichée.

La pause n'est pas vraiment à la hauteur car tout cela défile très vite et le rendu est donc flou...Quoique très faible et plutôt mal en point, cette petite amorce et son défilement rapide me fait penser qu'on doit s'attendre à quelque chose qui "ne va pas pardonner".

22h12 :

kvar.jpg
 

Retour davantage dans les terres pour la nuit, sur la Route des Fermes au Sud de Cestas, au milieu du maïs, quasiment sans lumière parasite et sans bruit hormis le ronronnement de l'A63 qui passe à environ 2 km de là.
Vers 23h les flashs se font de plus en plus nombreux vers le Sud-Ouest (bassin d'Arcachon) et l'Ouest (côte médocaine), et en effet au radar la ligne s'élargit très largement pour constituer un gros amas compact, et en touchant les terres surchauffées l'activité électrique dégénère complètement.
A partir de 23h15 l'activité devient intense avec environ 4 à 5 flashs par seconde sur près de 180° (du Sud vers les Landes jusqu'au Nord vers le Médoc), alors que les impacts tombent encore assez loin pour l'essentiel, et surtout vers le Médoc, trop loin pour tenter de shooter quelque chose de potable. A 23h30 les premiers impacts relativement proches commencent à tomber, et donc les premiers essais...J'ai tantôt foiré le cadrage comme ici :
 
3vhy.jpg
 
Ou la MAP...
 
e5yo.jpg
 

Bref...Je fais pas mal de vidéos par la suite car l'activité intra est tout simplement impressionnante et a tendance à bousiller les pauses du coup...Le soucis c'est que ce soit sur l'APN comme sur le téléphone, seuls les plus puissants des intra apparaissent à la vidéo et donc je suis relativement déçue car ça représente 10% de l'activité réelle...
 
Vers minuit tout se gatte, les gouttes s'intensifient...Jusque là abritée sous le coffre (surtout pour l'APN) je décide de replier et d'attendre dans la voiture...Bien m'en a pris puisqu'en quelques minutes de grosses rafales font tanguer la Twingostorm et les gouttes se transforment en torrents arrivant par salves au gré des rafales. Je cherche un endroit plus "abrité", au moins du vent...Pas évident dans les maïs malgré quelques maisons isolées 500 m plus loin ! Je fais une vidéo au volant toute la route, pour terminer en rejoignant la route principale...8 minutes de vidéo...Qui ont disparu de l'APN ! Tout arrivait de face (tout juste quelques grêlons mais à 99% de la flotte), essuies-glaces à grande vitesse à rouler à 15 km/h au maximum...Bref, du coup rien ! J'attends une accalmie pour retourner au même endroit, et je dois attendre 1h15 pour que la pluie se calme (le vent s'était calmé avant lui).
 
Je décide une fois revenue dans les maïs au même endroit (mais en restant sur la route car le bord du champ était complètement inondé) d'ouvrir furtivement la portière et je vois vers le SO tout proche de moi un énorme bloc nuageux blanchâtre tranchant avec l'obscurité, une forme de cylindre qui avance très très vite et touche quasiment le sol. Je prends peur et referme de suite la portière sans savoir ce qu'il va arriver. Finalement ce "cylindre" passera dans le champ à côté et j'aurai juste quelques rafales secouant à peine la voiture. Moins d'une minute plus tard je le verrai s'éloigner dans les lumières de l'agglo bordelaise. Donc toujours des questionnements sur ce à quoi j'ai assisté concrètement (?).
 
La pluie se réinvite par salves au gré des quelques cellules qui se développent en marge du MCS, mais moins fortement cette fois car le plus gros est passé ! Cependant je reste dans la voiture surtout parce que les impacts continuent de tomber tout autour sur 360° et des fois très très proches. Je me contente de caler l'APN entre la fenêtre passager et le rétroviseur entre 2 salves pluvieuses à enchaîner les pauses. Cela durera de 1h45 à 3h du matin...L'activité est particulièrement importante vers le Sud, et cela fut confirmé par la suite en voyant le cumul à Belin-Béliet situé à une trentaine de km de là !
 
J'ai tenté de rattraper beaucoup de clichés mais sous-exposés, malgré 4 ou 5 essais sur chaque cliché pour tenter de supprimer le bruit une fois l'expo relevée, il reste toujours du bruit...Donc je ne vous mets que LE CADEAU que Dame Nature m'a offert, un superbe ramifié tombant à 500 m (moins de 2 secondes après le ciel a tellement craqué que j'ai cru qu'un morceau allait se décrocher ! ) et en plus de ça tombant pile poil dans le cadre alors que je n'avais pas ressorti le trépied ni rien, l'APN était toujours posé à la va-vite à la fenêtre !
 
2mhg.jpg
 


J'ai attendu avec impatience la fin de la pause pour voir le résultat...Je me suis dit qu'après tous les petits ratés dans la soirée c'était un très joli rattrapage !

Voilà...Je rentre à quasiment 4h et je constate quelques petits dégâts en arrivant par chez moi : quelques petites branches arrachées...Seule une branche d'environ 2m50 a attiré vraiment mon attention, c'était la seule mais cela montrait bien que localement les rafales avaient du être assez élevées.
Cumul chez moi : 44,4 mm en environ 2h, pas mal !

Voilà un aperçu radar durant la plus grosse salve :

gb1v.jpg

 

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

Passons maintenant au deuxième soir, qui s'avérera encore plus virulent !

En fin d'après-midi l'ambiance est on ne peut plus lourde...Entre la grosse chaleur qui est toujours là, à peine moins intense que la veille (32,4° ici), mais surtout l'humidité au sol accumulée la nuit précédente qui se rajoute à une humidité déjà présente vu la situation à venir...A 18h30 le Td atteint 23,6° ici et dépasse 25° dans la zone forestière ! Des humidex entre 41 et 45...La marmite girondine est au top pour une nouvelle explosion !

Je décide d'avoir un peu d'avance, tout en sachant que la configuration est la même que la veille avec un décalage légèrement plus au Nord (le système ne touchera terre que sur la Gironde en effleurant les Landes, contrairement à la veille où quasiment toute la côte Aquitaine a eu son spectacle).

Je me poste donc à Andernos pour plusieurs raisons :

- C'est le plus direct et donc le plus rapide puisque c'est l'intérieur du bassin.

- C'est central sur le bassin et donc je peux partir vers le Nord, vers le Sud ou encore vers les terres de manière assez rapide.

- Les plages sont orientées au Sud-Ouest et permettent de voir tout venir.

- La vue est vraiment excellente à 180°, on y voit absolument tous les rivages du bassin (Arcachon, La Teste, etc. au Sud, le Cap-Ferret en face vers le Sud-Ouest et l'Ouest et vers le Nord donc y compris vers le Médoc).

Le Port du Betey est une petite merveille au Sud de la ville, très tranquille et avec deux longues plages. On peut se garer au bord du sable de la plage et avoir le spectacle de la voiture au cas où.

J'arrive pour le coucher de soleil, qui au passage est magnifique au-dessus de la jetée du centre-ville (21h22) :

 

u3cj.jpg
 

Tout est tellement calme...Trop calme ! Tout est encore en mer et aucune activité n'est encore visible mais j'ai le pressentiment que ce sera plus violent que la veille...Pour le coup c'est vraiment "le calme avant la tempête" (ou plutôt avant l'apocalypse).
 
La nuit tombe peu avant 22h et les flashs commencent à apparaître au-delà de la presqu'île du Cap-Ferret. Tout se rapproche et s'intensifie d'une manière peu commune au point qu'on passe en une quinzaine de minutes à un spectacle son et lumière à plusieurs flashs par seconde, et tout cela confirme mon pressentiment, ce sera encore plus intense que la veille ! Après quelques essais vidéos au crépuscule, les premiers impacts tombent dans le bassin et sur la presqu'île pile au moment où je peux commencer les pauses longues. Voilà les clichés pris depuis la plage à partir très exactement de 22h17 :
 
it34.jpg
 
zq5x.th.jpg
 
wbwk.jpg
 

En même temps je fais quelques vidéos avec le téléphone...Et juste avant d'interrompre une des vidéos, une vraie merveille tombe...J'ai gardé les 20 dernières secondes et je vous laisse admirer cette multiple pulsation :
 

 

Ce genre de pépites me décident à rejoindre la voiture, ou tout au moins à garder le trépied à côté, comme ça juste besoin de replier en vitesse si les choses se gâtent. Je suis rejoint par quelques curieux plus ou moins équipés qui profitent du spectacle, en courent clairement des dangers pour certains : les impacts tombent de plus en plus proches, le rivage et donc l'eau est juste à côté et certains vont s'aventurer sur la plage...On ne refera pas le monde hein...

Les premières gouttes décident la plupart à partir et seuls une voiture avec 2 "amateurs" filment portières ouvertes alors que je me suis déjà confinée dans la voiture et que je préfère prendre des vidéos à l'abri (tout en me demandant ce que je vais bien pouvoir faire désormais...Voilà deux captures vidéos avec les essuies-glaces en option (ça où un pare-brise trempé...) :

 

0o5b.jpg
 
xjts.jpg
 

La plage est éclairée par quelques lampadaires et on voit le bord de l'eau car c'est marée haute...Je vois alors le rivage s'agiter de manière totalement anormale et brutale (sur l'intérieur du bassin il n'y a quasiment pas de vagues du tout normalement) ; quelques secondes suffisent à me dire que ça sent très mauvais. Et moins de 15 secondes plus tard une première grosse rafale décide les deux autres à côté a enfin rentrer dans leur voiture après que leurs petits APN aient failli s'envoler d'entre leurs mains et qu'ils se soient pris leurs portières...
Ni une ni deux je recule et fais demi-tour, tout en pensant à la vidéo malgré la relative panique sur le moment.
 
Voilà le récit au fil des 6 vidéos que j'ai monté (tournées entre 22h55 et 23h20) :
 
En remontant le Port des torrents de pluie s'abattent au gré des rafales, la TwingoStorm se fait bombarder de quelques petites branches et pignes de pin (ceux qui bordent la plage), la visibilité devient exécrable et je ne pense qu'à une chose : m'éloigner du bord de mer pour la surcote possible et des pins pour les branches. Je vois les petits bateaux et barques tanguer se faire malmener à tanguer dans tous les sens...Je tournerai quelques centaines de mètres pour trouver une rue pavillonnaire, donc un poil plus abritée du gros des rafales.
 
Cela durera bien une bonne quinzaine de minutes, puis le vent se calme un peu et devient modéré à fort alors que ce que je crains le plus s'invite : la grêle. Vu la force de ce qui vient de passer je suis en droit de craindre du lourd au niveau des grêlons, d'autant plus que j'avais vu quelques minutes avant le déchaînement des éléments le radar et un "magnifique" crochet qui passait alors vers Arcachon plus au Sud-Ouest, qui indiquait clairement un potentiel pluvieux très intense et un potentiel gréligène important. Alors que le vent et la pluie se calment quelques secondes j'entends un énorme bruit sur le pare-brise à 3 ou 4 reprises en une dizaine de secondes, comme si on m'avait balancé une pierre. J'ai cru pendant un moment au bris de glace car le bruit était vraiment lourd (après examen plus au calme, pas de casse finalement !). Les grêlons suivants sont moins énormes mais tombent avec une force peu commune...Tout ce laps de temps je ne fais plus de vidéos et je pars m'abriter, mais sans aucune idée d'où aller. Je termine contre un muret où je vois une autre voiture qui stationne dans la panique, tout au bord du Port. Apparemment il s'agirait de Gégé33 qui aurait reconnu ma TwingoStorm (si c'est bien du même moment dont on parle) !
 

Bref, voilà 7 min 50 sec de vidéos : http://youtu.be/jTl-mEoA_qY

Et voilà l'image radar lorsque cette virulente cellule est passée sur le secteur. Entre 23h et 23h15 ont voit clairement qu'elle a "tourné", qu'elle n'a pas avancé de manière linéaire comme une cellule "classique" :

gy8z.jpg
 
ngjh.jpg
 


Tout se calmant ensuite, les impacts continuent à tomber partout autour et bien que je regagne le bord de plage où j'étais avant, je reste encore un moment dans la voiture car c'est encore beaucoup trop dangereux. Je remarque au passage que les quelques places de parking qui donnent directement sur la plage ont reçu quelques cm de sable...Comme quoi j'ai bien fait de m'en éloigner pendant "les événements" !

Vers 23h45 je peux ressortir le matériel et me réinstaller sur la plage car le plus gros s'évacue clairement vers les terres, et c'est avec plaisir que je vois que la partie Nord du MCS traînent toujours au Nord du bassin et en mer. J'en garde un impact plutôt sympa tombant à 23h58 à vue d'oeil vers Arès, juste au Nord d'Andernos.

 

x1p5.th.jpg

 

Ca impacte et flash à fond vers l'intérieur mais la vue n'est évidemment pas dégagée dans ce sens...Vers 1h du matin j'apprends que Bordeaux et les alentours sont en partie inondés et je ne sais alors que faire (car à la base je comptais rentrer dans les terres pour suivre le MCS à l'arrière !)...J'attends un peu en me disant que j'aurais peut-être à passer une partie de la nuit ici si les routes sont dans un sale état...Vers 2h je me décide quand même à rentrer en me disant qu'au pire je m'arrêterai en chemin si ce n'était pas possible !

Pour donner une idée, voilà la cellule au moment de son passage sur l'agglomération bordelaise peu avant minuit :

 

azh8.jpg
 


Mais petit constat sur le Port avant de repartir de ce que la probable micro-rafale (c'est à ça que j'ai pensé dès le début) a provoqué comme dégâts (pour celles là comme pour les suivantes je n'ai pas ressorti le trépied à chaque fois donc beaucoup sont floues) :

Un catamaran sur le parking du port...

d8bd.jpg
 

Les petits plaisanciers et barques qui étaient installés sur la plage...
 
8k8y.jpg
 
3ikp.jpg
 

Et un petit aperçu d'un des pins de la plage dont le haut a été arraché (environ un tiers au total avait subi de sérieux dommages) :
 
aylk.jpg
 

Je prends la route et traverse une partie d'Andernos pour me retrouver dans l'avenue principale qui part du centre-ville pour aller vers Lanton à environ un km du front de mer. Je dos passer dans une vingtaine de cm d'eau (tout cela était près de 3h après le passage de la cellule très virulente donc le niveau avait baissé) :

 

ygom.jpg
 

Mais je m'arrête surtout pour ça (un autre arbre moins massif s'est écroulé sur un pavillon à quelques mètres) :
 
x0k0.jpg
 
57u6.jpg
 
6o4k.jpg
 
9spk.jpg
 

Cela m'impressionne vu la taille, car cela signifie que c'est le genre d'arbres qui a résisté aux plus grosses tempêtes, même si c'est pour le moment le premier que je vois dans cet état et de cette taille.
 
Je reprends la route en me disant que je vais rejoindre l'autoroute une vingtaine de km au Sud, en traversant donc une partie de Lanton et d'Audenge. Pas d'arrêt mais à plusieurs reprises sur la route des amas de feuilles de plusieurs centimètres d'épaisseur, clairement la signature de la grêle. Et le lendemain matin je vois qu'une photo à été publiée, prise à Audenge :
 
q2dn.jpg
 
(Source : Hebdo Météo)
 
Tout de suite on comprend mieux !
 
Embarquée sur l'A63 je décide d'en sortir vers Cestas-Bourg pour déceler éventuellement autre chose...Même dégâts que sur le bassin :
 
bx99.jpg
 


Bref, je rentre chez moi et malgré la fatigue qui devenait pire que pesante (il y avait eu une autre nuit de folie 24 h avant et peu de sommeil !), la rue (à la limite de Gradignan et Villenave d'Ornon) qui avait déjà subit quelques légers dégâts la nuit précédente est un véritable champ de bataille ! D'abord je traverse une zone où il reste encore une grosse vingtaine de cm d'eau, puis le reste s'offre à mes shoots. Certains dégâts sont clairement le signe de rafales descendantes, avec des coupes quasiment à la verticale de certains troncs :

lex0.jpg
 
xf1x.jpg
 
7bce.jpg
 
fxd9.jpg
 
gyv8.jpg
 
jz.jpg
 

Voilà...Chez moi je remarque de suite que beaucoup d'arbres ont clairement pris des rafales que d'un côté car un côté tient toujours et l'autre côté est complètement déplumé, donc il reste parfois des "demi-arbres"...Ce n'est que le lendemain que je constate un déracinement complet juste en bas de ma fenêtre :
 
js33.jpg
 

Et ce n'est que lundi soir que j'ai un rapport d'autres dégâts par ma mère, à l'autre bout de Villenave, donc intra-rocade en zone nettement plus urbanisée. Je m'en vais donc shooter ça :

 

b1qc.jpg
 
uq8j.jpg
 
r2sd.jpg
 
t90v.jpg
 
wwqx.jpg
 
tj82.jpg
 

A ce propos, ce lundi soir je vois tourner une photo de la gare Saint-Jean où l'eau n'a toujours pas fini d'évacuer...Il faudrait peut-être revoir le réseau d'évacuation non ?
 
25mj.jpg
 
Crédit photo : Guillaume Bonnaud
 

Ce deuxième épisode aura été dantesque tant sur le vent que sur la pluie avec des valeurs parfois hallucinantes, notamment les 165 km/h de Pauillac où le clocher de l'église a carrément été arraché pour retomber 70 m plus loin sur une maison (avec en conséquence une blessée).
 
62 mm seront tombés chez moi cette fois, faisant au total passer le cumul mensuel de 4 mm à 110,4 mm en à peine plus de 24h !

 

Bref, après la première nuit de folie je m'étais dit "l'orage de ma vie", surtout pour l'activité électrique, mais remettre quelque chose de plus virulent 24h après était tout simplement énormissime ! Pour cette deuxième nuit, l'activité électrique fut je pense du même ordre (difficile de faire mieux que 5 ou 6 flashs par seconde quand même !), mais le reste fut nettement plus violent, et malgré la peur à certains moments, le souvenir que j'en garde est encore tout frais, ancré...Surtout parce que j'ai chassé seule et que dans ces moments là on ressent vraiment au maximum l'adrénaline, mais surtout la peur ! Quelques moments m'ont fait froid dans le dos et je n'en menais pas très large malgré que j'ai réussi à garder mon sang-froid pendant les vidéos !


Astrid Neveu


 

Retour en haut de page

Tous droits réservés - Association Ouest-orages