2014/05 tornade possible à La Jemaye (24)

 

 

Le 21 Mai 2014, une violente ligne orageuse a traversé la Dordogne. Sous cette ligne orageuse, deux chasseurs ont été témoins de la formation d'une possible tornade dans les environs de La Jemaye.

 

 


Date, horaire            21 Mai 2014 
vers 16h00 locales
Phénomène              Tornade possible   
Intensité                     Inconnue
Intensité moyenne  Inconnue



LOCALISATION

Localisation              La Jemaye (24)
Formation                  Inconnue
Dissipation                Inconnue
Altitude moyenne    100 m
Type de terrain         
Terrain boisé et étangs



TRAJET

Longueur trajet        Inconnue
Orientation                Inconnue         
Largeur maxi            Inconnue
Largeur moyenne    Inconnue



DESCRIPTION

Dégâts                      Aucune trace de dégât n'a pu être retrouvé. 

Bilan humain           Pas de blessés.

Contexte                  Une ligne d'orages très actifs remonte ce jour-là du sud de l'Aquitaine jusque dans le Nord-Pas-de-Calais, occasionnant des précipitations intenses et de nombreux évènements rectilignes localisés, micro ou macrorafales, avec peut-être une ou deux tornades dans le lot. Les vents en altitude dépassant les 100 noeuds au radiosondage de Bordeaux, nous devions donc être localement en présence d'un orage à déplacement rapide générant de violentes rafales au sol, avec une possibilité de micro ou macrorafales.

Commentaire         Le phénomène a été aperçu par deux chasseurs d'orage. Ces derniers ont aperçu un fort abaissement nuageux vers le sol au moment où ils étaient en voiture. Une éventuelle jonction avec le sol n'a pu être observée car les arbres masquaient la partie inférieure du phénomène. Ce cas est pour l'instant classé comme incertain car ce phénomène peut très bien s'avérer un abaissement localisé du seuil de condensation ou un effet optique provoqué par la courbure de l'arcus.




Recenseur            
Ouest-orages (témoignage d'Aurélien Castandet)
 


       Nous contacter

 







La jemaye

Localisation du phénomène

 






Récit de chasse

" Avec mon pote Nono, nous sommes partis en chasse le 21 mai. Après consultation des différents modèles à 14 heures, un premier positionnement à la limite Dordogne, Charente et Gironde nous paraissait judicieux. Nous avons donc pris la route en direction de la Roche Chalais. 

Une fois sur place, nous nous positionnons au cœur du village juste derrière l'église et commençons à observer le ciel... Une petite demi heure plus tard, nous décidons de nous déplacer vers un autre spot, entre La Roche-Chalais et Echourgnac, qui devait nous offrir une vue sur les orages en train d'éclater en Gironde. Une fois sur place (il est environ 15 h 15), après un rapide grondement nous voyons un premier descendant positif frapper à environ 4 km droit devant nous puis, une ou deux minutes plus tard un deuxième positif frappe cette fois-ci à 2 km. C'est alors que la pluie commence à tomber et nous décidons de changer de point d'observation.
Direction l'Est. Après 10 min de route, nous réussissons à sortir des précipitations. Sur cette même route, peu après avoir dépassé Echourgnac et donc légèrement à l'est de cette commune, nous découvrons alors un chemin qui donne accès sur un point haut. Enfin une vue au dessus des arbres !
A peine le pied dehors, remarquant le vent soutenu chaud et humide nous réalisons que nous sommes en plein dans le courant ascendant de l'orage. Le temps de positionner les appareils photos, ce dernier arrive très vite vers nous. Trop vite. Devant nous, le ciel est devenu très bas et très noir alors qu'au-dessus le courant ascendant s’intensifie de façon impressionnante. Les bases nuageuses continuent de s'abaisser et nous voyons clairement à 20 mètres au dessus de notre tête des fractus qui semble se détacher directement du sol, aspirés par ces courants."

   Photo 8   Photo 9  Photo 5
               Clichés pris du point de vue légèrement à l'est d'Echourgnac, en direction de l'Ouest vers 15 h 30-15 h 45 - photos Aurélien Castandet
  
       
"Vision dantesque. Sur la droite de l'orage nous apercevons ce qui nous apparaît comme une possible queue de castor et l'orage se met à tourner. Avions-nous alors affaire à une amorce de supercellule ? La chose est très probable. Cinq minutes plus tard, à peine le temps de prendre quelques clichés, les premières rafales sont là et nous devons partir. Au dessus de nous, ça pète, des éclairs intra nuageux déchirent le ciel, c'est devenu trop dangereux. Nous plions dare-dare le matériel et remontons dans la voiture.

Mais nous nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

A ce moment-là notre but est de filer vers l'Est pour avant tout sortir de cet orage. Nous roulons vers Ribérac et continuons bien entendu d'observer l'orage. L'atmosphère est très sombre, la route est jonchée de branches d'arbres parfois de bonne taille. C'est alors que non loin de nous, à une distance que nous estimons à 6-7 kms en direction de l'Ouest, nous nous apercevons tout à coup que les bases se sont incurvées de part et d'autre pour former un cône. Il est alors environ 16 h. Tornade ? Passé le premier réflexe d'incrédulité, nous nous rendons à l'évidence. Oui, nous avons probablement affaire une tornade, pour le moins un tuba très allongé. Manquait plus que ça ! Malheureusement, la base étant cachée par les arbres nous ne pourrons pas observer une éventuelle jonction avec le sol mais la colonne nous est visible sur environ la moitié de sa longueur. Très stable, le tuba s'est maintenu en l'état environ 4-5 minutes mais l'ambiance très sombre et agitée, directement menaçante pour nous, et la nécessité de ressortir le matériel nous ont malheureusement empêchés d'immortaliser ce moment.
Très vite, nous perdons le cône de vue et continuons notre route vers Périgueux, à vive allure avec l'orage toujours à nos fesses (!). Arrivés dans la commune de Tocane-Saint-Apre, nous bifurquons alors en direction de Montagrier au Nord-ouest, qui se trouve à plus haute altitude. A peine posés, la pluie malheureusement nous rattrape et nous devons alors nous rendre à l'évidence : la chasse est finie, l'orage noyé dans les précipitations. Nous reprenons alors la route du retour en direction de la Roche Chalais."


   Tt 3 
Dessin reconstituant le cône aperçu vers 16 h sur le secteur d'Echourgnac - Aurélien Castandet

 

 


 

Contexte météorologique

 

Une ligne d'orages très actifs remonte ce jour-là du sud de l'Aquitaine jusque dans le NPDC, occasionnant des précipitations intenses et de nombreuses évènement localisés, micro/macrorafales et possibles tornades. La carte des impacts de foudre et l'image radar locale Météo-Dordogne, respectivement à 16 h 45 et à 16 h 47, ainsi que le cliché pris par Benoit Thibaud sur le secteur proche de Biras au même moment, donnent un aperçu de la virulence de cette ligne pluvio-orageuse. Le cliché de Benoit Thibaud a été pris lors du passage de l'arcus sur le secteur de Biras, proche de Mensignac. "Détail" intéressant, son auteur aurait détecté une forte rotation sous un abaissement localisé de l'arcus.
La ligne orageuse dans son ensemble aura commis de gros dégâts en Dordogne et Charente ainsi que dans de nombreuses régions plus au Nord (Indre,...). Cette ligne orageuse aura provoqué de lourds dégâts sur son passage, notamment à Levroux (36), Mensignac (24), Biras (24) et Saint-Pardoux-la-Rivière (24), qui ont été causéd par de fortes rafales descendantes accompagnées de microrafales.



            
                              Carte d'impacts à 16 h 45 le 21 mai - Météorage  / Image radar locale à 16 h 47 - Météo-Dordogne  / Arcus sur le secteur de Biras (24) - photo Benoît Thibaud

 


 



Merci à Aurélien Castandet pour ses clichés et son témoignage, dont nous rappelons qu'ils demeurent l'entière propriété de leur auteur.

→  Retour en haut de page 

Tous droits réservés - Association Ouest-orages