Tornade à Andernos-les-Bains (33) - Août 1972


En été 1972 (juillet ou août, peut-être le 15 août), dans un contexte perturbé et orageux qui a concerné la région depuis l'après-midi jusqu'en soirée, un cas de très probable tornade meurtrière nous a été rapporté sur Andernos-les-Bains en Gironde. Une trombe marine (vue en tant que telle sur le bassin d'Arcachon) serait en effet entrée dans les terres et aurait causé des dégâts dans un camping.

 


Date, horaire  Juillet ou Août 1972 (peut-être le 15 août)  entre 16 h 30 et 17 h 30 locales
Phénomène  Tornade 
Statut  Probable + 

Intensité  Inconnue (F1 ?)
Durée  Inconnue



LOCALISATION

Localisation  Andernos-les-Bains (33), plage et camping du Mauret et /ou Betey (les deux plages se touchent)
Lieu de formation   Inconnu précisément (sur le bassin d'Arcachon à proximité des plages d'Andernos)
Lieu de dissipation  Inconnu (probablement à la sortie du camping en direction de l'Est puisqu'aucun autre dégât n'est rapporté ensuite)
Altitude moyenne   6-7 m



TRAJET ET DIMENSIONS

Longueur trajet   50 m (longueur minimale reconnue dans le camping)
Orientation     Inconnue, probablement O/E ou SO/NE       
Largeur maxi   Inconnue
Largeur moyenne   Quelques mètres



DESCRIPTION

Dégâts   Le témoignage rapporte que le vortex marin vu sur le bassin d'Arcachon s'est aussitôt dirigé droit vers la plage. Les gens s'apercevant du phénomène finissent par se replier dans des abris en dur non loin de là, alors que le vent commence à souffler sur la plage.
Le lendemain, on relate que le camping (actuel camping de Fontaine-Vieille ?) avait été dévasté, des pins écrasés sur des caravanes ayant même tué deux personnes parmi les campeurs. Le témoin nous décrit, dans le camping même, un couloir d'une cinquantaine de mètres de long sur quelques mètres de large. Certains pins ont été retrouvés entièrement vrillés comme des linges essorés.

Bilan humain  Deux campeurs tués

Contexte  Après une chaude journée d'été (25 à 30°C ressentis) avec un ciel clair à peu nuageux, un violent orage prend naissance au large d'Andernos en Gironde en fin d'après-midi (vers 16 h). C'est cet orage qui va très vite générer un cône au-dessus de la mer.

Commentaire   Le témoin qui a observé le cône nous en a fourni un dessin très parlant visuellement. Bien qu'en réalité des nuages bas aient partiellement masqué le cône, sa présence au moins au stade de vortex marin est avérée.
C'est après que le doute subsiste et nous a incité à classer le cas en Probable + . En effet nous n'avons pas pu établir de manière formelle le lien entre le cône observé et les dégâts du camping, les deux personnes en fuite ayant eu très probablement la tornade derrière elles et n'ayant donc pu établir précisément le rapport de causalité entre le vent ressenti et la tornade. Cependant le fait que le vortex se soit dirigé droit vers la plage et qu'aucun autre phénomène venteux localisé simultané ne soit mentionné rend ce rapport évidemment plus que plausible. Il va de soi que de nouveaux témoignages seraient les bienvenus et permettraient à coup sûr de valider complètement ce cas.
 



Recenseur  Ouest-orages

       Nous contacter


 



Localisation du phénomène

 




 Dessin du phénomène par le témoin

 

 

 

Vous avez une info, des questions ?
N'hésitez pas à nous contacter





 

Dessin du phénomène par le témoin
 

Le témoin qui nous a contacté nous en a fourni le dessin reproduit ci-contre représentant le cône observé alors qu'il était au-dessus de la mer. Il ajoute qu'en réalité de nombreux nuages bas entrecoupaient la vision du cône et qu'à ce stade de trombe marine, on ne distinguait pas s'il y avait déjà un contact avec la mer ou non. Néammoins, très parlant, ce dessin nous permet de valider a minima la présence d'un cône marin, déjà très probable trombe marine malgré l'absence de témoignage direct de la jonction, car le tuba, nous précise-t-il, se serait développé jusqu'à "quelques dizaines de mètres au-dessus de la surface de l'océan".

La direction prise ensuite vers la plage du phénomène, clairement identifiée, et la réaction immédiate des estivants qui se sont aussitôt repliés vers des abris démontrent que le vortex était d'emblée très proche du rivage.


Ci-contre : dessin "portrait-robot" du cône exécuté par le témoin


 

 

 

Témoignage


"Nous étions entres amies sur la plage du Mauret et nous vaquions à nos occupations sous un soleil radieux et chaud, sans vent. Avant 16h, le ciel se chargea de nuages au-dessus de l'océan (probablement un mélange de nuages bas et de nuages cumuliformes d'après sa description) puis apparut soudainement un peu après 16h une base plus dense et menaçante puis rapidement un large cône grisâtre avec une pointe orientée vers le bas à quelques dizaines de mètres au-dessus de la surface de l'océan (sans doute 100 ou 200m au-dessus du niveau de la mer tout au plus).
Le ciel était donc gris/sombre et bien couvert par plusieurs strates de nuages à l'arrivée du vortex... les nuages tout autour ne permettaient pas de voir un éventuel cumulonimbus même s'il y avait toute sorte de nuages (le dessin n'est pas totalement représentatif car il y avait énormément de nuages à tout les niveaux)... le cône quant à lui bougeait (mais elle n'a pas pu me dire s'il y avait rotation) et se dirigeait droit vers nous.

Les gens se rendirent compte du phénomène et se mirent tous à fuir. Nous décidâmes d'en faire autant vers les abris les plus proches (à environ 500m de la plage) car le vent turbulent et instable soufflait de plus en plus violemment. A peine 1 ou 2 minutes après, alors que nous nous hâtions avec difficulté sur la route du camping, nous sentions le vent dans notre dos qui envoyait de la poussière en quantité dans l'air et nous obligeait quasiment à avancer avec les yeux quasi fermés.

Nous restâmes alors le reste de la soiréeà jouer aux cartes dans un abri en dur pendant que le vent soufflait, jusqu'à la fin entier de l'épisode dans sa globalité. Le lendemain, on apprit qu'il y avait eu deux morts dans le camping à quelques centaines de mètres de là, avec des pins écrasés sur les caravanes.

Mes amies et moi étions allez voir l'ampleur des dégâts dans l'ensemble du camping et j’observais précisément une bande d'environ une cinquantaine de mètres de long sur quelques mètres de large avec 4 ou 5 pins vrillés fortement dans un sens (comme une serviette que l'on essor avec énergie)... alors que les autres pins autour était juste cassés en deux ou tombés d'un seul trait."

(témoignage d'une connaissance de Jérôme PETIT, Météo-Gascogne)

Tous droits réservés - Association Ouest-orages