Tornade de La Rochelle (17) - 25 janv 1971

 

 

 

Date, horaire       25 janvier 1971, vers 9 h 10 locales

Localisation        La Rochelle (17)

Phénomène        Tornade recensée       Intensité     F4/T8 ?

Dimensions        Longueur du trajet :   2,9 km  /    Largeur :  50 m 

Description         "Un mort, dix blessés, 46 sans-abris, des voitures endomamgées en quelques secondes à La Pallice, la tornade a tué", commente l'Aurore le 26 janvier 1971 au lendemain de cette puissante tornade qui a frappé d'abord le port de La Pallice sous la forme d'une trombe marine entrée dans les terres, avant d'entrer dans la ville et saccager quelques rues, sur un axe nettement orienté Ouest-Est. Fait intéressant car malheureusement rare en cas de tornade : au passage de la trombe, des barographes se trouvant dans différents bâtiments du port ont enregistré des variations allant de 1,5 mb à 6 mb environ, la chute la plus importante ayant été enregistrée au bureau du port de La Pallice avec 6 mb (6 hPA) 
Nombreux témoignages : "Le bruit ressemblait à celui d'un train emballé, et on apercevait dans le tourbillon des matériaux divers." Des centaines de voitures en stationnement déplacés et endommagés, un bâtiment entier (sans structure interne) soulevé en bloc de plus d'un mètre. Un homme sorti pour voir les dégâts causés par la grêle s'est fait surprendre et soulever par le tourbillon, et a eu le crâne fracassé. Le gouvernement et le maire de La Rochelle ont du faire reloger rapidement les onze familles sinistrées.
Ce cas est bien sûr marquant par son intensité puisque au niveau de l'avenue Jean Guitton il a atteint le stade F4 (avant dernier sur l'échelle de Fujita qui en compte 5). Mais ce qui le caractérise encore plus c'est son rapport dimensions/intensité très étroit avec à peine 3 kms parcourus, et le fait qu'il s'agisse d'un cas hivernal survenu en plein mois de Janvier. Sur les deux Charentes, les tornades hivernales sont loin d'être rares, et un pic d'intensité a même été mis en évidence en Janvier.

"A 00 h TU, un front froid passait (d'après l'isofront de Bordeaux) par Vannes et Santander. les vents établis au 180° de 20 à 25 noeuds en moyenne, tournaient à 1h50 au 220° au moment d'une averse. Ils s'établissaient ensuite au 240° avec une vitesse moyenne de 24 à 25 noeuds, mais de très fortes rafales accompagnaient des grains violents : en particulier à 02 h TU rafales de 23 m/s (80 km/h), à 07h10 TU rafales à 29 m/s (105 km/h). A 08h50, commençait une faible averse qui s'intensifiait et donnait grêle et orage (éclair fort et violent coup de tonnerre) entre 9h11 et 9h13. Les vents restaient ensuite pour la matinée entre 220° et 260°. " (rapport de la station météorologique de La Rochelle, transmis à Jean Dessens)

Pour davantage d'informations, voir aussi l'étude de N. Baluteau "Les tornades en Charente et Charente maritime"  page 58 et surtout page 109.

Recenseur          Jean Dessens

       Nous contacter





  

 
Le bâtiment des salines entièrement soulevé et détruit - Photo Sud Ouest



  
   

    L'avenue Jean Guitton après le passage de la tornade.  - Photo Sud-Ouest



    
  Des vitres brisées au passage de la tornade - Photo Sud-Ouest



 

Carte du trajet et des fluctuations d'intensité établie d'après plusieurs sources (journaux, rapports de mairie transmis à Jean Dessens...) :
   

 

Vert : stade F0 ou si incertitude, stade le plus faible  /   Orange : stades intermédiaires jusqu’à F3   /    Rouge : stade F4
Remarque importante : sur cette image Google Earth le trajet et surtout les fluctuations d’intensité sont établis avec une certaine marge d’incertitude due au fait qu’il n’y a jamais eu d’enquête de terrain sur ce cas.

 


 

Extraits d'articles de presse



TITRE DE L'ARTICLE INCONNU

Un mort, dix blessés, quarante-six sans abri, des voitures endommagées en quelques secondes à La Pallice, la tornade a tué. [...]
Les dégâts sont par contre très importants dans un quartier périphérique de La Rochelle, près de La Pallice. On les chiffre au bas mot à 5 millions de francds pour l'instant. Masi c'est là une approximation qui sera sans doute rapidement dépassée. En outre, et c'est le plus grave, il y a un mort et dix blessés dont trois sont dans un état grave, et une centaine de sinistrés dont quarante-six sont sans abri.[...]

(L'Aurore, édition du mardi 26 janvier 1971)


******************************************


TORNADE AU CENTRE DE LA ROCHELLE
Un mort, une centaine de blessés

La Rochelle.- Une tornade d'une extrême violence a ravagé en quelques minutes, lundi 25 nanveir, peu après 11 heures, de nombreuses maisons et une dizaine de locaux industriels dans un quartier de La Rochelle situé entre le centre de la ville et le port de La Pallice.[...]

(Le Monde, édition du mercredi 27 janvier 1971)





Témoignages

 Voici le témoignage et la fiche remplie par le maire de La Rochelle pour le recenseur officiel François Paul, et que ce dernier nous a aimablement transmis :

"Une trombe a été aperçue sur le bassion de La Pallice. Le buisson d'écume a été aperçu sous la trombe tant qu'elle était en mer; en arrivant sur terre il y a eu inondation des quais. Le bruit ressemblait à celui d'un train emballé et on apercevait dans le tourbillon des matériaux divers. Les dégâts se sont produits sur une bande de 2,9 kms sur 50 mètres, orientée Ouest-Est. Les toitures ont été aspirées, les vitres ont été aspirées vers l'intérieur. Des projectiles (tuiles et matériaux) ont été transportés et ont frappé les vitres des immeurbles hauts et les véhicules. De nombreux véhicules ont été abîmés par des matériaux ou ont été renversés. Il y a eu un mort et une douzaine de blessés, la plupart se trouvant à l'intérieur des maisons sinistrées au moment de la tornade."





Rapport de la station météorologique de La Rochelle (transmis par François Paul) :


Une trombe à La Rochelle

 « Le 25 janvier 1971, entre 9 h 08 et 9 h 12 TU, un phénomène météorologique d'une violente intensité affectait rudement un quartier de la zone industrielle située entre La Pallice et La Rochelle.
Ce phénomène, en quelques minutes, provoquait la mort d'un homme et des blessures à 10 personnes dont 3 gravement atteintes. Les dégâts, sommairement estimés, s'élèveraient à quelques 5 millions de francs. Ces dégâts touchant tant des bâtiments privés ou industriels que des voitures qui circulaient alors dans ces environs sur l'avenue Jean Guiton.

Situation météorologique le lundi 25 à La Rochelle
A 0h TU, un front froid passait (d'après l'isofront de Bordeaux) par Vannes et Santander. Les vents établis au 180° de 20 à 25 noeuds en moyenne, tournaient à 1h 50 au 220° au moment d'une averse. Ils s'établissaient ensuite au 240° avec une vitesse moyenne de 24 à 25 nœuds, mais de très fortes rafales accompagnaient des grains violents : en particulier à 0200 TU rafales 23 m/s (80 km/h), à 0710 TU 29 m/s (105 km/h). A 0850, commençait une faible averse qui s'intensifiait et donnait grêle et orage (éclair fort et violent coup de tonnerre) entre 0911 et 0913. Les vents restaient ensuite pour la matinée entre 220° et 260°.

Description du phénomène

 C'est sous le cumulo-nimbus qui donnait l'averse de grêle que se produisit le phénomène ayant provoqué les dégâts. Renseignements pris auprès de nombreux témoins. Il semble vraisemblable de croire, qu'à proximité du port de La Pallice tout au moins, des événements se sont succédés de la façon suivante : forte chute de grêle - gros grêlons, difformes, d'environ 1 cm de diamètre - puis violent coup de tonnerre, et c'est à ce moment là que des témoins ont dit avoir vu une colonne nuageuse pendant sous le cumulo-nimbus, animé d'un mouvement tourbillonnaire provoquant une gerbe d'écume au contact de la surface de la mer. La formation de cet élément semble pouvoir être situé au large des jetées d'entrée du port de La Pallice. La trombe s'est ensuite déplacée en suivant une trajectoire approximativement W-Est par le sas d'entrée du port. Elle a affecté au passage l'équilibre des grues du quai Nord puis passant la base sous-marine, et vraisemblablement en augmentation d'intensité a provoqué des dégâts considérables sur environ 1,250 km. Le phénomène s'atténue ensuite quelque peu, provoquant des dégâts de moindre importance sur 600 mètres environ. Elle atteignait alors un quartier de forte concentration et fort heureusement se désagrégeait. 

Les effets produits

Les premiers témoins qui virent la trombe quasiment à sa naissance perçurent nettement une colonne d'eau qui inonda à son passage les quais de l'avant-port, puis un tourbillon de matériaux divers. Les témoins éloignés de la trajectoire perçurent surtout un bruit "comme celui d'un train emballé" et témoignent aussi de la grande quantité de matériaux et de terre qui matérialisaient le tourbillon. Pour ma part, j'ai pu observer approximativement dans la dernière phase d'activité de la trombe, alors que je me trouvais à environ 2 kilomètres de la partie la plus dévastée de nombreux objets divers tels que tôles, lattes de bois, etc... pris dans un tourbillon ascendant (qui m'a paru être cyclonique) à une hauteur de 80 à 100 mètres. Ces éléments ne présentaient alors aucune tendance à la chute.

Quant aux témoins, pris sous la trombe elle même, ils ont tous dit l'impression qu'ils avaient eu d'un soulèvement. En particulier, plusieurs voitures ont été ainsi soulevées du sol de plusieurs décimètres avant d'être couchées, généralement sur le côté Nord de l'avenue.

Dans la plupart des cas, les bâtiments touchés le sont surtout par les toitures. C'est ainsi que le bâtiment des "Salines de l'Ouest" vaste bâtiment construit en voûte, ne présentant aucune structure interne a été entièrement détruit. Les personnes présentes à l'intérieur ont vu l'ensemble de ce bâtiment d'environ 50m x 30 m se soulever en bloc, de plus d'1 mètre avant de retomber en volant en éclats. Même remarque en ce qui concerne le toit d'une véranda attenant à un petit restaurant.

Quelques éléments de mesures

 Aucun équipement anémométrique muni d'enregistreur n'a pu être trouvé dans le secteur touché. Le seul élément qui a pu être enregistré est la variation de la pression barométrique, grâce à quelques barographes se trouvant dans différents bâtiments situés autour du port :

1°) au bureau du port de La Pallice : baisse instantanée et remontée immédiate d'environ 6 mb

2°) au bureau des pilotes du port : variation dans les mêmes conditions d'environ 4 mb

3°) au bureau des ponts et chaussées : variation : 3 mb

4°) sur le navire Gange accosté au quai Nord du bassin : variation estimée par le second capitaine : 6 mb. Cette variation est estimée car au moment du phénomène la plume du barographe se trouvait sur la barrette de maintien du diagramme

5°) au bureau des NMS à La Pallice : variation dans les mêmes conditions : 1,5 mb

6°) à la station du Bout-Blanc : aucune variation comparable n'a été observée si ce n'est un crochet de grains ayant donné une variation de + 2/10 de mb.

L'analyse des décombres ne permet pas de donner d'une façon précise une direction de chute si ce n'est un déplacement général W-Est dû au déplacement du phénomène. Il faut noter cependant un poteau électrique en béton cassé à 1,50 m du sol et rabattu vers ESE; un très grand pylône, support de projecteur électrique rabattu vers ENE.
D'une façon générale, la zone des dégâts ne présente qu'une très faible étendue transverse (par rapport à l'axe de déplacement) : 50 mètres maximum dans sa partie la plus large. »


 


→  Retour en haut de page 

 

 

 

 

 

Tous droits réservés - Association Ouest-orages