Tornade à Milhaguet, Cussac, Champagnac-la-Rivière - 25 mars 1979

 

 

Le 25 mars 1979, une violente tornade classée F3 s'abattait sur le village de Milhaguet (commune de Marval) et parcourait une dizaine de kilomètres en direction du Nord-est, touchant également Cussac et Champagnac-la-Rivière.

 

 


Date, horaire            25 mars  env. 17 h à 17 h 55 locales
Phénomène             Tornade  (prob de type A)  
Intensité                    F3
Intensité moyenne   Inconnue
Durée de passage   de 30 sec à quelques minutes selon les témoignages 



LOCALISATION

Localisation             Communes de Marval (Milhaguet), Cussac, Champagnac-la-Rivière, lieu-dit La Rivière (87)
Formation                 Inconnue précisément
Dissipation               Inconnue
Altitude moyenne    362 m
Type de terrain       



TRAJET

Longueur trajet       12 kms 
Orientation               S-SO/N-NE (changements de direction en cours de trajectoire)         
Largeur maxi            250 m  (à Milhaguet)
Largeur mini             100-150 m   
Largeur moyenne    Inconnue (données trop imprécises)



DESCRIPTION

Dégâts                     Très importants sur Milhaguet où un camion a été soulevé et projeté à 30 m. La plupart des habitations sont endommagées, parfois décapitées, l'église de Milhaguet a subi des dommages importants sur sa toiture. Dans les portions boisées, les arbres sont arrachées ou vrillés. Au lieu-dit La Rivière, une portion d'environ 25 m du mur d'enceinte d'une usine est jetée à terre.

Bilan humain           1 blessé léger suite à une chute de tuiles

Contexte                  Déstabilisation en fin d'une journée marquée par de fortes chaleurs pour un mois de Mars, ayant entraîné la formation d'un orage probablement supercellulaire       
 




Recenseur            Jean Dessens

       Nous contacter
 









Localisation du phénomène

 







Traces et dégâts




 

Carte du trajet


Carte établie en tenant compte du grand nombre d'incertitudes concernant le trajet exact. Le phénomène aurait semble-t-il changé plusieurs fois de direction en cours de trajet, évoluant tantôt dans une direction Sud-Nord, tantôt dans une direction SW/NE.


 
                              
Carte du trajet supposé - Ouest-orages (support Google 2015)
 

 


 

 Photographies des dégâts


Deux clichés provenant de la coupure du journal La Montagne, édition du 26 mars 1979, et quatre clichés édités sur cartes postales :

 
Ci-dessous gauche et milieu : dégâts causés par la tornade à Milhaguet - photo P. Rasquier  /  une toiture arrachée, juste à côté du mur de l'usine, au lieu-dit La Rivière  - publié par La Montagne, auteur et © inconnu 

    
       
  

   Ci-dessus à droite et ci-dessous : 4 clichés sur un lot de 6 édités sur cartes postales, pris le 25 mars 1979 - auteur inconnu

     



 

Contexte météorologique


Survenu en fin d'une journée plus chaude que la normale en cette période de l'année, c'est un orage très probablement supercellulaire qui au du se former brusquement sur le secteur.
D'abord, bien sûr, l'intensité de la tornade, classée F3 par Jean Dessens qui d'emblée rend le fait quasi certain. Ensuite, certaines descriptions laissent penser que des témoins aient pu observer un mésocyclone et surtout des chutes de très gros grêlons et agglomérats de grêlons aux pointes acérées sont signalées sur Saint Mathieu et divers lieux alentours, au moment même où la tornade s'acharnait sur Milhaguet et les autres localités touchées. Nous ne disposions malheureusement pas de mesures d'où notre prudence mais on sait qu'au-delà de 5 cm de diamètre de tels grêlons ne peuvent que provenir d'une supercellule, seul type de structure capables de brasser en son sein des grêlons jusu'à leur faire atteindre cette taille. Joint à l'intensité de la tornade, cet élément accrédite donc encore davantage l'hypothèse d'une supercellule, éventuellement formée dans le contexte d'une ligne de grains. Enfin, aucune mention de foudre dans l'article du quotidien. On peut supposer une activité électrique certes présente mais faible.

Il se peut aussi que le système orageux responsable de cette tornade ait été de faibles dimensions : un témoin décrit en effet des nuages de petite taille, et le maire de Champagnac évoque, lui, un soleil pâle visible de temps en temps au moment du passage de la tornade.

Cette amorce d'analyse pourra bien sûr être complétée en fonction d'éventuels futurs éléments.

   
       Témpératures à 850 hPa le 25 mars 1979 à 0h et géopotentiels à 500 hPa le 26 mars 1979 à 0h - © Wetterzentrale     

 


 

 Médias et témoignages



Extraits d'un article publié par le quotidien La Montagne (édition du 26 mars 1979)  :

TORNADE EN HAUTE-VIENNE (en Une)
Toitures et cheminées emportées à Milhaguet
Limoges. - Une trombe a ravagé, hier après-midi, Milhaguet, une petite localité du sud de la Haute-Vienne. "On a cru à un bombardement, comme pendant la dernière gureer", expliquait, hier au soir, M. Garnier, un cafetier de Saint-Mathieu qui revenait des lieux de la catastrophe.[...]

LA TROMBE EN HAUTE-VIENNE : TROIS MINUTES D'APOCALYPSE
Les toits se sont soulevés, un camion en stationnement a été soulevé et projeté à plus de trente mètres
Limoges. - "J'étais à huit cents mètres du village envrion. C'était effroyable. Je n'avais jamais vu cela de ma vie. les nuages étaient noirs... De toutes les couleurs. Et ça avançait très vite... ". Pour M. Coquillaud, de Milhaguet
, un petit village du sud de la Haute-Vienne, l ajournée d'hier dimanche s'est terminée par une vision d'enfer. "Il était un peu plus de 17h30. C'est arrivé d'un seul coup. Et cela a duré deux ou trois minutes à peine. Les nuages tournoyaient, arrachant tout sur leur passage, entraînant avec eux les arbres qui volaient à deux cents mètres..."..[...]



N'ayant pu joindre les auteurs des photos, nous les invitons à nous faire connaître leur souhait concernant notre publication Nous contacter

→  Retour en haut de page 

Tous droits réservés - Association Ouest-orages