Rafale descendante probable à Mensignac (24) - 21 mai 2014

 

 

Au passage d'une ligne pluvio-orageuse très active sur la région, une probable rafale descendante de forte intensité s'abat sur la commune de Mensignac (24), rapportée par des témoins directs.

 

 


Date, horaire            21 mai 2014 
dans l'après-midi
Phénomène              Rafale descendante probable 
Intensité                   F1



LOCALISATION

Localisation             Mensignac (24), lieux-dits : Les Planches, La Massoulie, Pierrefiche, Combecouyère, la Coze 
Altitude moyenne    185 m
Type de terrain       
Du SO au NE : champs cultivés avec quelques rares habitations ou constructions, portion boisée sur Lamassoulie (feuillus), portion plus urbanisée (lotissements) en périphérie est de Mensignac et enfin bois de feuillus en direction de La Haute Vaure



TRAJET

Longueur trajet        2 kms pour la portion étudiée, peut-être jusqu'à 8-10 kms sur le secteur de Biras
Orientation               SO/NE          
Largeur maxi            300 m environ (?)
Largeur moyenne    Inconnue



DESCRIPTION

Dégâts                      Le phénomène aurait concerné une zone minimum de 2 kms étudiée par notre enquêtrice, touchant les lieux-dits Planche, Pierrefiche, La Massoulie, Combecouyère, La Coze. Un témoin déclare avoir vu une "colonne tourbillonnaire", précisant "n'avoir jamais vu ça".
Tout au long des 2 kms étudiés sur place, on observe de nombreux arbres déracinés et branches cassées disséminées sans que l'on ne distingue de sens précis (la photo 7 prise à Pierrefiche montre deux arbres couchés dans des sens quasi perpendiculaires). Dans le bois de Blender, notre enquêtrice constate que tous les arbres sont couchés dans des directions différentes. Certains sont retrouvés vrillés. Elle rapporte également que certains dégâts portent la marque d'un soulèvement par le haut (effet d'aspiration). A de nombreux endroits, elle relève dans les champs la marque de ce qui lui semble caractéristique du passage d'un tourbillon. Toutefois de hautes herbes sont couchés dans le même sens et aucun axe de convergence n'est visible sur les photos.
D'après la mairie et la presse, un abri bus scellé dans le béton a été arraché et emporté plusieurs mêtres plus loin, 3 maisons du lotissement des Noisetiers, à Mensignac ont été gravement endommagées, avec un toit effondré, une véranda soufflée... Un maraîcher bio a eu ses serres gravement endommagées, le vent ayant fait sortir de terre des dalles en béton. Heureusement, la commune ne déplore aucune victime humaine ou animale.
Au vu de la répartition des dégâts sur la carte, il semblerait que le phénomène se soit élargi au maximum dans la portion SO de son trajet (jusqu'à 300 m ?). Un témoin sur une vidéo diffusée par France 3 évoque une autre portion de 10 m de large. 
L'intensité maxi est évaluée à F1 à cause des arbres déracinés, des objets lourds transporté à proche distance et de toitures totalement ou quasi totalement arrachées. L'intensité moyenne semble assez proche (F0/T1 voire F1) car on retrouve des arbres déracinés tout le long du trajet.            
Sur La Coze, à l'ouest de Pierrefiche et Lamassoulie, des dégâts ont également été décrits par un témoin (cf. parag. carte du trajet) mais ils n'ont pas pu être examinés directement par notre enquêtrice. Le couloir de dégâts de ce phénomène pourrait même remonter jusqu'à Biras d'après certains témoins mais notre enquêtrice, elle, constate un arrêt net de la ligne des dégâts après le lieu-dit Combecouyère.

Contexte                  Une ligne d'orages très actifs remonte ce jour-là du sud de l'Aquitaine jusque dans le NPDC, occasionnant des précipitations intenses et de nombreux évènements rectilignes localisés, micro ou macrorafales, avec peut-être une ou deux tornades dans le lot. Les vents en altitude dépassent 100 noeuds au radiosondage de Bordeaux, nous devions donc être localement en présence d'un orage à déplacement rapide générant de violentes rafales au sol, voire un downburst, ce qui explique les difficultés rencontrées pour identifier les dégâts. C'est en périphérie de ces rafales descendantes qu'une trombe ou phénomène tourbillonnaire a pu se former.
Sur Mensignac, l'orage est décrit comme "extrêmement menaçant", avec activité électrique présente. Une averse ou chute de grêle se serait produite avant la survenue du phénomène.

Commentaire           Le couloir de dégâts indiqué par les témoins pour ce phénomène remonterait jusqu'à Biras, situé à 8-10 kms de là. La nature exacte de ce cas reste à déterminer, du fait de la non convergence des dégâts visibles sur les photos et deux hypothèses restent possibles : rafale descendante pure, sans phénomène tourbillonnaire concomitant, ou bien cohabitation des deux phénomènes l'un ayant précédé, suivi ou escorté l'autre.
L'hypothèse de la rafale descendante pure reste la plus probable, renforcée par les images radars,extrêmement parlantes avec présence d'un rear inflow jet (RIJ), signature d'une brusque accélération du vent et donc d'une rafale descendante.  Autre élément plaidant pour les vents rectilignes, les dégâts relevés aux alentours par Keraunos.
Toutefois, quelques éléments manquent pour vraiment confirmer la rafale descendante unique. Une carte de la disposition des dégâts nous serait très utile pour avérer la tornade et(ou) la rafale descendante.




Recenseur            
Ouest-orages (enquête Rebecca, page Facebook Météo-Dordogne)


       Nous contacter

 








Localisation du phénomène

 





 Traces et dégâts

 

Carte du trajet






Première carte du trajet (établie grâce aux indications de Rebecca)


Etablie par notre enquêtrice, elle met en évidence un couloir orienté SO/NE, grand classique des trajets de tornades.
- Dans la portion la plus au sud du trajet, au niveau du lieux-dit Pierrefiche, des dégâts situés latéralement les uns à côté des autres semblent attester de l'élargissement du phénomène à plusieurs centaines de mètres, rejoignant en cela le chiffre de 300 m environ rapporté par un témoin. On pourrait supposer que la supposée tornade ait pu effectuer un virage à cet endroit-là mais des témoignages rapportant des dégâts de l'autre côté des champs à l'ouest sur des constructions à La Coze, confortent plutôt la thèse de l'élargissement.
- Au sud-est de La Croix Blanche (2ème croix en partant du haut), des maisons ont été sinistrées d'après un témoin interrogé par notre enquêtrice. Ce témoin rapporte que le propriétaire de l'une d'elles aurait eu sa toiture arrachée et "aurait tout perdu" (!).
- Sur le secteur du stade de Mensignac enfin, notre enquêtrice a relevé des marques au sol sur de l'herbe pourtant courte, qui laisseraient même supposer un sens de rotation contraire à celui des aiguilles d'une montre. Le sens de rotation est une donnée suffisamment rare et difficile à obtenir pour être précisée ici, même sous forme hypothétique. 


                                          
                                             
Carte du trajet établi par notre enquêtrice, mentionnant les principaux dégâts - auteur Rebecca, Météo-Dordogne

 

 


 

 Photographies des dégâts


Voici quelques clichés pris par notre enquêtrice de Météo-Dordogne, complétée par 2 autres clichés publiés par le quotidien Sud-Ouest. D'autres photos devraient être prochainement mises en ligne.

   
1,2 3 De gauche à droite : arbres déracinés à Pierrefiche, débris envolés près du stade, arbre déraciné à La Massoulie - photos Rebecca (Météo-Dordogne)
  
     
4, 5, 6 De gauche à droite : traces laissées par le tourbillon aux Planches (photos x et x), arbres endommagés et déracinés à Combecouyère - photos Rebecca (Météo-Dordogne)

   
7, 8, 9  De gauche à droite : arbres couchés dans des sens différents à Pierrefiche, arbres déracinés (détails) dans le bois des Blenders - photos Rebecca (Météo-Dordogne)

 
10, 11 Dégâts chez un maraîcher  / Dégâts sur un lotissement à Mensignac
- photos Arnaud Loth, publiée par Sud-Ouest (sudouest.fr)

 


 

Contexte météorologique


Une ligne d'orages très actifs remonte ce jour-là du sud de l'Aquitaine jusque dans le NPDC, occasionnant des précipitations intenses et de nombreuses évènement localisés, micro/macrorafales et possibles tornades. La carte des impacts de foudre et l'image radar locale Météo-Dordogne, respectivement à 16 h 45 et à 16 h 47, ainsi que le cliché pris par Benoit Thibaud sur le secteur proche de Biras au même moment, donnent un aperçu de la virulence de cette ligne pluvio-orageuse. Le cliché de Benoit Thibaud a été pris lors du passage de l'arcus sur le secteur de Biras, proche de Mensignac. "Détail" intéressant, son auteur aurait détecté une forte rotation sous un abaissement localisé de l'arcus.
La ligne orageuse dans son ensemble aura commis de gros dégâts en Dordogne et Charente ainsi que dans de nombreuses régions plus au Nord  (Indre,...). Les vents violents, la grêle et d'intenses pluies en sont le plus souvent responsables mais d'autres tornades sont fortement soupçonnées notamment à Levroux (36), du côté de Cherbourg-Octeville (50) ou sur Cherves-Châtelars (16)...

                    
                         Carte d'impacts à 16 h 45 le 21 mai - Météorage  / Image radar locale à 16 h 47 locales - Météo-Dordogne  /  Image radar régionale à 16 h 30 locales - Météo60


                                                    
                                                                             Arcus sur le secteur de Biras (24) - photo Benoît Thibaud

 


 

 Médias


Une vidéo a été diffusée par France 3 Périgord, où un maraîcher décrit de manière saisissante la façon dont s'est formée ce qu'il nomme une "tornade" et mentionne une portion du couloir d'une largeur de 10 m. On notera toutefois que le phénomène décrit n'est pas forcément celui qui a frappé son exploitation  :
→  Vidéo France 3 Périgord  
 


Article publié sur le site du quotidien Sud-Ouest (sudouest.fr) :

LEUR EXPLOITATION, SITUEE A MENSIGNAC (24), ETAIT AU COEUR DES PLUS VIOLENTES BOURRASQUES QUI SE SONT ABATTUES SUR LA DORDOGNE MERCREDI.
Les dégâts sont lourds chez Mickaël et Cathy Bouyer, maraîchers bio à Mensignac (24)
Des paysans, des voisins, des connaissances, des retraités, des employés communaux, des gens qui n'ont pas le temps, mais qui sont pourtant présents… Si Cathy Bouyer avait encore des larmes à écraser jeudi, 24 heures après les orages qui ont ravagé ses serres, le soutien manifesté par les uns et les autres est parvenu à lui en sécher quelques-unes. Ensemble, ils ont pu réaliser un bâchage rudimentaire, tentant de protéger au mieux poivrons, aubergines et compagnie.
[...]
Article intégral sudouest.fr          

 

Tous droits réservés - Association Ouest-orages