Probable microrafale humide vers Espiet (33) - 19 juillet 2014

 

 

Ce 19 juillet 2014, un intense passage orageux présentant un probable écho en arc a concerné l'entre-de-mer jusqu'au Libournais et Saint-Emillion. Il a localement engendré des rafales descendantes destructrices dont l'une, sur le secteur d'Espiet, a fait l'objet d'une enquête-photos par Jérôme Petit, Sandra Guillen et Kévin PETIT.

 

 


Date, horaire            19 juillet 2014 
vers 21 h 30 - 21 h 45 locales
Phénomène              Rafales descendantes (probable microrafale humide)
Durée                       
Probablement pas plus de quelques minutes
Durée de l'orage     Entre 45 min et 1 heure
Intensité                   Violente (100-120 km/h)
Mesures locales      Pas de mesures
Mesures proches    102 km/h mesurés à 3 kms, 110 km/h à Saint-Emilion   



LOCALISATION ET DIMENSIONS DE LA ZONE DE DEGATS

Localisation             Secteur d'Espiet (33) sur un secteur boisé en bord de route (zone étudiée), entre Grésillac et Saintt-Quentin-de-Baron (couloir général)
Dimensions              Inconnue
Altitude moyenne    50 m
Type de terrain       
Forestier (pour la portion étudiée), rural avec alternance champs cultivés, petits bois et petites agglomérations en proportions équilibrée (couloir général des rafales descendantes)



DESCRIPTION

Dégâts                      (zone étudiée) Dégâts très locaux avec de rares arbres coupés en deux dans la forêt. Pas de dégâts sur les habitations a priori, peu ou pas de trace de grêle et juste quelques gros arbres ou branches très isolés cassés ici et là en allant vers Grézillac/Branne.

Contexte                  Le 19 juillet en soirée, le Limousin et la Gironde et la Dordogne sont touchés par de violents orages grêligènes et des rafales descendantes sont signalées entre Grésillac et Saint-Quentin-de-Baron. Voir détails dans Contexte météorologique plus bas.

Phénomènes asso. Très fortes précipitations, quelques rares grêlons, forte activité électrique

Commentaire           Vu le caractère très localisé des dommages, nous pensons que les plus puissantes rafales descendantes n'ont pas duré plus de quelques minutes (sinon les dégâts auraient été bien plus importants) et se sont produites par effet "coup de poing" avec de possibles effets de rotor. Au vu des 102 km/h relevés à 3 kms de là et des 110 km/h relevés à Saint-Emilion dans le même sillage à plus de 15 km au NE, nous pensons que dans le secteur étudié, les rafales ont pu atteindre très temporairement 110-120 km/h.




Recenseur            
Ouest-orages (enquête et photos Jérôme Petit, Sandra Guillen et Kévin Petit) 


       Nous contacter

 






Localisation du phénomène

 





 Carte générale du trajet



Traces et dégâts






Carte du trajet


Plan du passage du maximum des intensités. Les flèches rouges désignent les micro-rafales humides locales et brèves dont elles prennent localement la forme au sein du vaste front de rafales qui s'étire du Bordelais à l'est de la Gironde (pour des rafales plus contenues).


                                           
                                                             
                                                                                                      
Carte du trajet - Ouest-orages.org
 

 


 

 Photographies des dégâts



Voici les clichés de jour pris par Jérôme Petit et ceux de nuit pris par Kevin Petit, montrant les dégâts causés par les rafales descendantes localisées dans le bois.


              
              De gauche à droite : route jonchée de branches, arbres cassés dans le bois, arbres pliés par le vent, arbres cassés par le milieu - photos Jérôme Petit
  
             
                                                 De gauche à droite : arbres étêtés, traces de la microrafale dans un champ de maïs - photos Jérôme Petit


             
                                                                                                 Arbres cassés à mi-hauteur ou à la racine - photos Kevin Petit



 

Contexte météorologique


Le 19 juillet en soirée vers 21 h-21 h 15, le Limousin et la Gironde et la Dordogne sont touchés par de violents orages grêligènes, structurés en un vaste multicellulaire avec un possible écho en arc noyé dans la masse. Des rafales descendantes sont signalées entre Grésillac et Saint-Quentin-de-Baron.
Un peu moins de 10 heures avant le passage de ces forts orages, le RS de Bordeaux signalait déjà de nombreuses intrusions sèches entre les basses couches et les étages moyens (généralement génératrices de puissantes rafales descendantes et de chutes de grêle), associées à une instabilité jugée modérée et à une grosse dynamique vu l'importance des cisaillements de vent en vitesses en amont d'un talweg d'altitude dynamique.

                                

                                                           Radiosondage Bordeaux-Mérignac à 12 UTC - Météorage  / Image radar à 21 h 15 locales - Météo60  

 


 

 Médias et liens divers concernant l'épisode général


→ Notre billet consacré à la dégradation orageuse des 19 et 20 juillet 2014


→ Article publié sur le site du quotidien Sud-Ouest (sudouest.fr) :

SAINT-EMILION JAZZ FESTIVAL (33) : LE PARC GUADET DEVASTE PAR L'ORAGE
Samedi soir, vers 22h, le parc Guadet, où étaient installés le village du Saint-Émilion jazz et une scène couverte, a été dévasté par l'orage. .[...] Un millier de personnes ont dû être évacuées en quelques minutes. La plupart aurait trouvé refuge dans les locaux des associations. Aucun blessé n'est à déplorer. Mais les dégâts sont importants. La matériel de la scène est notamment hors d'usage après avoir pris l'eau.[...]
Voir article intégral sudouest.fr       

 

Tous droits réservés - Association Ouest-orages