REGION Violents orages de grêle imprévus dans le Cognaçais hier soir [23/07]


Hier en début de soirée vers 18h alors que les prévisions n'annonçaient qu'un risque modéré pour nos régions, de violentes chutes de grêle ont affecté les vignobles du secteur de Cognac (16) notamment à Juillac-le-Coq

 

Ce jour-là, alors que les régions de l'Est et du NE étaient déjà en vigilance depuis la veille, Météofrance et la plupart des prévisionnistes y compris spécialistes plaçaient de nouveau le centre Est et le NE en orange pour un risque de fortes pluies et chutes de grêle. Dès 11h55 le matin, Météofrance lançait une vigilance orange sur 23 départements, de la vallée du Rhône aux Ardennes et à l'Alsace. Les départements du centre Ouest, eux, restaient en périphérie ou n'étaient concernés que par un risque modéré.

Or dès le début de l'après-midi l'activité orageuse prenait un essor inattendu en Poitou-Charentes. Un impressionnant orage était filmé par un chasseur posté entre Matha et Saint-Jean-d'Angély. Déjà très probablement grêligène, en tout cas fortement pluvieux comme on peut le voir sur les photos ci-dessous, il aurait temporairement présenté un début de rotation d'après le chasseur-photographe Christophe Coynault qui l'a filmé et photographié.
De 14h45 à 16h15 environ, plusieurs foyers intenses (rouge au radar) se formaient déjà eux aussi, stationnant entre extrême nord Charente-Maritime et Deux-Sèvres tandis que dans l'est et le NO charentais, les premières cellules virulentes se forment dès 15h45. Ce sont ces dernières qui donneront les chutes de grêle destructrices sur le Cognaçais en fin d'après-midi. En milieu de l'après-midi, l'activité électrique généralisée sur l'ensemble du Poitou-Charente est même déjà conséquente sur la Charente et le Limousin.

   
Orage vers Archiac (17) - © Roussette Lamanta Kalen (publié sur Les Colères de Zeus)  /  Deux clichés de l'orage sur le secteur de Matha (copie d'écran de la vidéo et photo) - © Christophe Coynault (Météo La Rochelle)

C'est en début de soirée vers 18h locales que le cognaçais, déjà lourdement frappé par l'épisode supercellulaire du 27 mai dernier, est de nouveau frappé par de violents orages de grêle notamment à Juillac-le-Coq au sud de Cognac. Dans cette localité, la grêle tombe en continu durant 40 minutes à partir de 17h locales. D'après La Charente-Libre, les orages très localisés ont provoqué de nombreuses inondations dans des caves et garages, et fortement impacté les vignobles.


 
Vignes inondées - publié par La Charente Libre

 

   
Grêle et vignobles de Juillac-le-Coq (16) - source Le Paysan Vigneron (© inconnu)

Selon un communiqué du BNIC (Bureau National Interprofessionnel du Cognac) relayé par La Charente Libre, 1500 ha de vignes soit 2 % du vignoble cognaçais a été touché par les orages de grêle. Sur 500 ha, les dégâts atteignent 80 % du total. Juillac-le-Coq, Verrières et plusieurs secteurs à Angeac-Champagne, Ambleville, Roissac, Saint-Fort-sur-le-Né et Ségonzac notamment ont été touchés. Un autre grand secteur touché a été signalé sur Chateauneuf, Mosnac et Saint-Simeux.
Cet épisode comme les précédents impacte évidemment fortement la production des vignobles, comme l'a souligné la présidente du BNIC auprès de l'ANP, risquant cette année encore d'entraîner une perte de récolte et nécessitant d'autant plus une amélioration des prévisions, de la pertinence des alertes et de tout autre moyen de prévenir la grêle.
 

Pourquoi un tel décalage entre prévision et réalité ?

Dans ce contexte un tel décalage entre le risque grêle annoncé à la quasi unanimité et la réalité d'hier soir sur le Cognaçais ne manque pas bien sûr d'interroger. Surtout sachant que le cas de figure est relativement régulier concernant nos régions : déjà le 24 juin dernier les orages s'étaient montrés d'une virulence imprévue en Gironde, dans les Landes... et en Charente (!). En outre il faut savoir que les tornades -déjà imprévisibles évidemment localement-  surviennent fréquemment sur nos régions en dehors de toute prévision du risque, parfois dans des contextes banals, en prenant tout le monde de court. Enfin précisons qu'hier il ne s'agissait pas d'un simple phénomène isolé se moquant des prévisions, puisque déjà vers 16h pratiquement tout le Poitou-Charentes était concerné par l'activité orageuse.

                 
De gauche à droite : vigilance Météofrance éditée le 22/07 à 11h55  /  Prévision du risque orageux et du risque grêle - © Kéraunos 

Bien sûr pour expliquer cela, il y a d'abord l'inévitable alea météo à ne surtout pas négliger (phasage, ingrédients manquants ou excédentaires...le petit truc qui fait que la mayonnaise envisagée va "prendre" ou pas). Une analyse purement météorologique révèlerait probablement un ou plusieurs de ces facteurs habituels.
Mais -rappelons-le aussi- la recherche sur les conditions locales de formation des orages et l'étude des couloirs locaux reste encore jeune et nous réserve probablement encore bien des surprises. De ce fait il demeure certainement bien des données à intégrer à nos modèles dans le domaine si particulier des facteurs locaux favorisant la formation et l'intensification des orages, topographiques ou relevant de la climatologie très locale (fronts de brise, zones locales favorisant l'alimentation en humidité...). N'oublions pas que les modèles, tout performants qu'ils soient, ne restituent jamais que ce qu'on leur donne à manger et en cela, se reposer uniquement sur eux pour effectuer des prévisions ou des remodélisations à des fins d'analyse entraîne un risque d'erreur dont il faut tenir compte.

Ajoutons à cela la disparition progressive de l'expertise humaine dans les prévisions de Météofrance, erreur méthodologique motivée par des raisons budgétaires qui relativise peut-être hélas les performances du modèle à mailles très fines Arome, et la disparition programmée d'un certain nombre de CDM (dont celui de La Rochelle pour nos régions) entraînant aussi celle des connaissances locales des prévisionnistes travaillant dans ces centres (qui pouvaient jusqu'à présent rectifier et affiner les sorties brutes de modèles), et on comprendra d'autant mieux les raisons de ces décalages à répétition. 

Outre le retour à l'analyse humaine dont on ne saurait se dispenser complètement, l'étude de la climatologie régionale et le recensement des phénomènes récents et anciens restent donc plus que jamais une priorité pour améliorer les performances de nos modèles, mieux prévoir la localisation du risque orageux et mieux prévenir le risque de phénomènes violents...

 

 Références et articles de presse

  ♦  Grêle : nouveau vendredi noir dans le vignoble du cognac (paru dans La Charente Libre, édition du 22/07/2016)
  ♦  Des grêlons et des inondations dans le Cognaçais  (paru dans La Charente Libre, édition du 22/07/2016, MAJ 19h02)
  ♦  Grêlons et inondations : vos images ( paru dans La Charente Libre, édition du 22/07/2016)
  ♦  Averses de grêle : le vignoble encore touché (Francetvinfo.fr)
  ♦  Vignoble : 1500 hectares touchés par l'orage de grêle (La Charente Libre, édition du 25/07/2016)

  ♦  Post et photos publiés sur la page du Paysan Vigneron, revue régionale viticole des Charentes et du Bordelais
  ♦  Vidéo de l'orage sur le secteur de Matha, publiée sur Facebook par la page Météo La Rochelle


 

Tous droits réservés - Association Ouest-orages