REGION Un très probable dustdevil cause des dégâts à Châteaubernard (16) le 28/04


Avant-hier 28 avril vers 16h15, un phénomène venteux, rafales localisées ou phénomène tourbillonnaire, a causé des dégâts légers sur 3 maisons à Châteaubernard, près de Cognac (Charente). 

 

Le 28 avril dans le courant de l'après-midi vers 16h15, des vents violents localisés ont impacté le secteur de Châteaubernard au SE de Cognac, au niveau de la nouvelle piscine en construction d'après un témoin, et a causé quelques dommages sur 3 maisons de la localité durant environ une vingtaine de secondes. On ignore pour l'instant si le phénomène est d'ordre rectiligne ou tourbillonnaire.
Des tuiles ont été arrachées, une table de jardin pourtant qualifiée de "lourde" a été soulevée, des gouttières ont été endommagées, la vitre d'un salon de jardin s'est envolée et a percuté la toiture, une pergola s'est couchée... Des témoins racontent avoir vu un "tourbillon de fleurs et de feuilles" passer, ajoutant que c'est la troisième fois qu'ils assistent à semblable phénomène en quelques mois, précisément sur ce secteur. 

L'examen des radars confirme bien le caractère calme et non franchement orageux de la météo sur ce secteur à cet horaire précis, ce qui, couplé à l'extrême localisation des dégâts, peut faire penser à un  puissant dustdevil, tourbillon de poussière qui se forme au sol généralement par beau temps chaud à la faveur de contrastes très locaux de température. Un premier témoin nous précise toutefois qu'un nuage noir se trouvait au-dessus d'eux à ce moment-là et qu'il faisait environ 15 degrés.  Ce qui serait particulier dans l'hypothèse où il s'agirait d'un dustdevil, c'est non seulement la puissance exceptionnelle du phénomène qui aurait été capable de soulever du sol des objets relativement lourds, mais aussi le contexte des températures qui n'étaient pas spécialement élevées ce jour-là. Par là-même, ce cas serait alors révélateur du fait que la formation et l'intensité des dustdevils n'est en réalité pas imputable à la chaleur en absolu mais aux contrastes de températures dont l'écart plus ou moins grand détermine la puissance du phénomène.
Ceci étant, ce premier témoin nous précise en outre qu'étant affairé à retenir tout ce qu'il pouvait retenir, il n'a pu voir précisément le phénomène. Il lui semble avoir eu affaire à un gros "coup de vent" : si les rafales descendantes sont quasi exclues dans le contexte atmosphérique du jour, il peut en revanche s'agir de rafales favorisées par un effet venturi (couloir d'accélération du à la configuration des lieux)... Si les autres témoignages récoltés par la suite vont dans ce même sens, alors cette hypothèse serait même la première envisageable, voire constituerait un diagnostic certain ou quasi-certain.
Une troisième hypothèse enfin, moins probable que les deux autres mais toutefois envisageable, reste celle de la petite tornade formée sous un cumulus mediocris. Des nuages de ce type traversaient en effet le secteur ce jour-là et il est déjà arrivé, y compris en France, que des tubas, voire de faibles trombes terrestres ou marines se forment sous de simples cumulus mediocris.
Quoi qu'il en soit, ce diagnostic devra bien sûr être confirmé par d'autres investigations.   

 Article paru le 29/04/2016 sur Lacharentelibre.fr


   
Dégâts causés par le phénomène à Châteaubernard (16) - clichés publié sur lacharentelibre.fr, édition du 29/04/2016

  


 

Tous droits réservés - Association Ouest-orages