Dordogne : l'hypothèse des 2 ou 3 tornades se consolide pour le 21 mai



Ces derniers jours nous sont parvenu des informations de sources multiples, dont plusieurs enquêtes de terrain menées par notre correspondante Rebecca, concernant les nombreux phénomènes convectifs venteux qui ont frappé la Dordogne ce 21 mai dernier.
On sait que le risque de phénomène tourbillonnaire était présent ce jour-là le long de la ligne pluvio-orageuse qui a traversé le pays en donnant lieu à plusieurs développements supercellulaires, un cas de tornade étant déjà connu à Levroux (Indre). Certaines informations récentes laissent penser que la Dordogne ait pu, à nouveau, se trouver frappée par plusieurs cas de tornades ou autres phénomènes tourbillonnaires. Une hypothèse qui reste à confirmer bien sûr, mais se trouvé étayée par de solides indices.

A Mensignac, l'un d'eux, déjà validé localement et d'intensité estimée à F1, a peut-être parcouru un trajet de 8-10 kms jusqu'à Biras, où l'on a également constaté l'existence de portions de couloirs très étroits et délimités, une dissémination des débris ainsi que des dégâts liés à des objets lourds transformés en "missiles" (branches plantées dans des toitures...). Un témoin à Mensignac parle même d'un couloir allant justement jusqu'à Biras, ce dernier situé au NE de Mensignac, donc dans la droite ligne de ce dernier dans une orientation SO/NE tout à fait classique du trajet des tornades. Une seule et même tornade aurait-elle pu parcourir les 8 kms environ séparant Mensignac de Biras ? Plusieurs chasseurs qui se trouvaient dans les environs sous l'orage ont témoigné avoir observé une rotation localisée sous un abaissement au niveau ou non loin de l'arcus, ce qui laisse supposer soit des tornades de front de rafales soit des phénomènes issus de nuages-murs apparus à l'arrière. Dans un palpitant récit, deux d'entre eux témoignent même avoir vu descendre un cône dans les environs d'Echourgnac, possible tornade, qui se serait maintenu(e) 4-5 minutes .
A Saint-Pardoux-la-Rivière, agglomération touchée par une coulée de boue dévastatrice qui a provoqué l'inondation de nombreux foyers, les vents violents ont également soufflé et notre correspondante Rebecca de Météo-Dordogne a découvert au NE de l'agglomération un couloir étroit de dégâts serpentant entre champs et bois, apparemment lui aussi très délimité.
.


 
A gauche : couloir de dégâts mis en évidence au Nord-est de l'agglomération de Saint-Pardoux-la-Rivière - Rebecca (Météo-Dordogne) / à droite : trajet possible de Mensignac à Biras et capture d'écran d'une vidéo - vidéo France 3 Aquitaine 


Le cas de Mensignac mis à part, nous préférons ne pas nous prononcer pour l'instant à propos des autres couloirs qui pourraient résulter d'intensifications très locales de macrorafales.
Certains horaires précis de passage nous permettraient entre autres d'effectuer le diagnostic différentiel entre phénomène de front de rafales et phénomène survenu à l'arrière. Les témoignages peuvent eux aussi apporter leur pierre, notamment à Mensignac et Cherves. A Saint-Pardoux, l'étude du terrain par notre enquêtrice révèle de sérieux indices qui feront l'objet d'une fiche ultérieurement. Pour Biras où le vent s'est déchaîné à partir de 16 h 30 environ, c'est notamment l'étude d'une vidéo de France 3 où le couloir apparaît clairement à 1 mn, qui ouvre l'hypothèse. Mais l'image ne concerne qu'une très courte proportion. En est-il de même partout ? Il sera également nécessaire de localiser très précisément cette portion pour voir si elle se situe dans la continuité du trajet de cette possible tornade, ou s'il s'agit du couloir d'une autre tornade ou d'un autre phénomène.

Des enquêtes sont en cours pour tous ces cas potentiels, ainsi que pour celui de Cherves-Châtelars (16).




Intégrale du reportage tourné par France 3 Aquitaine, d'où est extraite la copie d'écran plus haut (on y remarquera aussi, à 0 mn 54 sec, le gros plan sur la branche fichée dans la toiture)- Vidéo France-3 Aquitaine


Tous droits réservés - Association Ouest-orages