FRANCE, REGION Orages violents en IDF, NPDC et Charentes dans la nuit du 8 au 9 juin



Cette nuit du 8 au 9 juin, plusieurs supercellules se sont succédées en région parisienne, avec des grêlons géants notamment en Val d'Oise et dans les Yvelines, avant d'aller frapper le NPDC et se décaler en Belgique. En milieu de nuit, deux nouvelles structures puissantes frappaient les deux Charentes, causant des dégâts notamment dans le sud 16 avec 130 km/h relevés à Cognac, et à Saint-Thomas de Conac (sud 17).


Dès 16 h Météofrance place 27 départements en orange pour orages localement violents et tous les prévisionnistes convergent vers une zone à fort risque entre Pays-de-Loire et NPDC pour la nuit du 8 au 9 et la journée du 9 juin.

Durant la soirée à partir de 19 h 30-20 h, des premières structures se forment en Eure-et-Loir avec une forte densité de foudroiement. Une spectaculaire photo prise par le chasseur Eric Tarrit montre une structure d'allure déjà nettement supercellulaire. 

A partir de 21 h 15-21 h 30,
c'est une succession de plusieurs cellules virulentes voire supercellulaires qui vont s'acharner sur l'ouest de la région parisienne. Dans les Yvelines et le Val d'Oise, on relève des grêlons géants dont le diamètre varie entre la taille d'une balle de golf (4 à 5 cm) et celle d'une balle de tennis (!). Les diamètres les plus larges relèvent probablement de l'agglomérat de grêlons plus petits mais néamoins tous ces grêlons ont provoqué de nombreux dégâts et les vents violents, probables rafales descendantes, en accentuent encore le potentiel destructeur : 110 km/h relevés à Pontoise (95) et 106 km/h à Magnan (8). A 23 h 20 dans le 78, lame d'eau de 30 mm en 3 h.
Les dégâts causés par la grêle, les vents ou les pluies sont conséquents avec chutes de branches sur les routes, caves inondées, toitures abîmées et même des vitres brisées selon le sous-préfet interrogé ce matin par France-Info. Heureusement aucune victime n'est à déplorer. Dans les Yvelines, on dénombre 290 interventions des pompiers tout au long de la nuit, mais la circulation est désormais rétablie.

Vers 22 h 45 on observe un stormsplitting. Le moteur gauche se décale alors vers le NPDC tandis que le droit se dirige vers les Ardennes. Bien qu'habituellement, le moteur droit issu d'un split soit le plus puissant (ça semblait être encore le cas ici), c'est pourtant le gauche qui va faire parler de lui plus tard dans le NPDC. 


       
De gauche à droite : grêlons géants en région parisienne - source Twitter  /  Grêlons géants ou agglomérats dans les Yvelines - photo Flo95 diffusée par Météociel / Image radar à 21 h 15 locales - Météo60


     
A gauche : structure supercellulaire à Montigny-les-Cormeilles, vue en direction du Sud - photo Astrid Neveu  /  Supercellule à Tremblay-le-Vicomte - photo Xavier Delorme


A partir de 1 h environ, grêle et violentes rafales de vent dans le NPDC. 90 km/h sont relevés à Steenvorde (59). La dégradation se décalera ensuite vers la Belgique.


A partir de 2 h-2h30, une très forte réactivation s'opère en Poitou-Charentes et dans le nord Gironde, avec deux fortes cellules qu'on peut voir prendre à nouveau le chemin du NE. Sur la carte des impacts, on voit clairement la zone intensément foudroyée alors que les premiers systémes s'évacuent sur la Belgique.
L'épisode relaté dès ce matin par le quotidien Sud-Ouest a causé de nombreux dégâts en Gironde avec un millier d'hectares de vignobles détruits, parfois à 100 % dans le Médoc. Les communes de Prignac, Blaignan, Ordonnac, St-Yzans et Blaignan ont été les plus touchées.
En Charente, à Cognac et plus précisément à
Courbillac situé à 20 kms environ de Cognac, des vents allant jusqu'à 130 km/h, probablement issus d'une rafale descendante localisée, ont causé de nombreux dégâts dans un rayon de 20 kms (d'après les pompiers) : arbres couchés dont un saule pleureur abattu sur un escalier d'entrée, branches à terre, tuiles et cheminées arrachés, antennes tordues... Un peu partout, on relève des cumuls de 20 à 40 mm en 3 heures.
A Melle (79) les vents ont soufflé à 120 km/h (MF) et on relève de remarquables intensités de précipitations : grêlons de 1 cm, cumul de pluie de 19,2 mm en 13 mn dont 4,8 mm tombés en 1 mn. A la clé de gros dégâts sur la végétation et un potager, et les classiques branches et arbustes couchés sur les routes...
En Charente-Maritime, le Royanais et la presqu'île d'Arvert sont touchés par des orages très électriques en même temps que le nord 33. Le secteur de Saujon-Jonzac a été affecté et une coulée de boue à 3 kms de Jonzac provoque l'arrêt de la circulation des trains entre La Rochelle et Bordeaux et la mise en place d'un service de cars par la SNCF (info publiée sur Twitter par un particulier, non vérifiée). Cultures et vignobles sont gravement endommagés. Les pompiers ont effectué une cinquantaine d'interventions diverses dans la nuit et la matinée. A Saint-Thomas-de-Conac (sud 17) une violente microrafale provoque de gros dégâts localisés.

      
De gauche à droite : dégâts causés par la grêle en Gironde : source tweet France Bleu Gironde, publié par sudouest.fr  /  Foudre à Rochefort (17) - photo Jonathan (pseudo) publiée sur sudouest.fr / Dégâts à Cognac - photo sudouest.fr

Cette vidéo transmise par Lionel Degremont, filmée sur la presqu'île d'Arvert, rend compte de l'intense activité électrique de cette nuit.
La Vienne enfin n'a pas été épargnée non plus par les grêlons comme en témoignent cette photo prise à Montamisé, publiée sur la page Facebook de La Nouvelle République Vienne. Ce même journal rapporte également des dégâts importants à Rouillé et Lusignan où toitures et cultures ont été endommagés.

 

        
 De gauche à droite : image radar à 3 h 15 locales - Météo60  /  Carte des impacts à 3 h 20 - Météociel  /  Grêle à Montamisé (86) - auteur inconnu



A suivre...
La fin de journée s'annonce également très agitée voire plus violente encore sur ces mêmes régions, avec grêle et vents violents. Sur le Poitou-Charentes c'est également en fin de journée/début de soirée que le risque se réinstalle. La
vigilance orange Météofrance s'étend à 32 départements ce matin 6 h, avant de monter à 39 puis 41 en cours d'après-midi.

 


 

 

Tous droits réservés - Association Ouest-orages