FRANCE, REGION Nuit du 7 au 8 juin : plusieurs probables supercellules en Gironde et sud Charente Maritime



Après les orages de la nuit du 6 au 7 juin, la nuit suivante une dégradation orageuse circule entre le Bordelais et l'Aisne en passant par le bassin parisien, avant de s'évacuer ensuite vers la Belgique. Une supercellule et des orages rotatifs en Gironde et Charente Maritime, vents forts et grêle sur de nombreux départements ont figuré au menu.


Depuis le 6 juin la situation générale est au risque orageux permanent, du fait de la situation de notre pays coincé entre une dépression très creuse, Ela, centrée sur l'Irlande et un anticyclone répondant au doux nom de Wolfgang, calé sur l'Europe Centrale. Entre les deux s'écoule en flux de S/SE un air chaud venu d'Afrique qui a considérablement réchauffé l'atmosphère (16° à 850 hPa) faisant encore hier en fin d'après-midi monter les températures au sol jusqu'à presque 34° (33°8 à Carpentras). Dans nos régions, on relève 30.4°C à Bergerac (24) 30.6°C à Mont-de-Marsan (40) 31°C à Montauban (82).
Sur les zones de rencontre entre cet écoulement d'air S/SE subtropical et le flux maritime de SW plus frais en provenance de l'Atlantique, se développent alors en fin de journée les fronts orageux.


Situation synoptique générale - carte Wettepate.de

 

C'est donc dans ce contexte qu'hier soir et ce matin entre 21 h et 1 h 30 du matin environ, une dégradation orageuse s'est déplacée entre le Bordelais et l'Aisne en passant par le bassin parisien, avant de s'évacuer ensuite vers la Belgique.

En début de soirée, quelques orages étaient déjà signalés dans le Lillois et une averse de gros grêlons perturbe le match amical Belgique/Tunisie à Bruxelles.

En fin de soirée, les premières cellules remontent déjà sur le littoral aquitain. Tardive, la convection a cependant évolué très rapidement et sur le bassin d'Arcachon entre 22h19 et 22h32, des cellules virulentes font parler d'elles avec pluies, vents forts et activité électrique au programme, laissant quelques branches au sol.
Vers 21 h-21 h 30 environ, des développemements supercellulaires sont observés au NO de Bordeaux. Astrid Neveu (Climate-Data) observe et relate une rotation généralisée bien visible. La structure est décrite comme inquiétante, avec un nuage-mur développé très rapidement touchant quasiment jusqu'au sol et des "traînées intrigantes" hors rideau de précipitations. Voir photos ci-dessous ainsi qu'une vidéo en timelapse postée par un de nos contributeurs. On relève également de fortes précipitations au sud d'Arcachon et des chutes de grêle à Gujan-Mestras (33).
 

   
De gauche à droite : Image radar à 21 h 30 locales - Infoclimat / possible structure supercellulaire au nord de Bordeaux - auteur inconnu (source Twitter) / cette même structure - auteur : Astrid Neveu (ClimateData)


Les deux Charentes ont également écopé du passage de la dégradation. De violents orages aux structures impressionnantes sont observés à Montendre vers 21 h 30 et Montguyon (17) dans le sud du département. On parle également d'une possible tornade à Sousmoulins (NE de Montendre) mais cette dernière observation demande vérification, car de nombreux chasseurs d'orages présents dans les environs n'auraient rien remarqué de particulier.
 

        
De gauche à droite : probable structure supercellulaire à  Montendre à 21 h 30 (17) - photo Aurélien Castandet  /  probable structure supercellulaire à Montguyon, photo prise probablement au même moment malgré l'impressionnante obscurité (17) - photo Emilie, transmise initialement sur la page FB Météo-Dordogne  /  base suspecte sur Angoulême vers 1 h 50 - photo Maxime Villaeys


En Charente (16), les vents violents et la grêle semblent avoir sévi sur de nombreuses localités. La Charente-Libre rapporte notamment un violent orage de grêle à Dirac vers 23 h 20 avec de nombreuses inondations et d'autres probables dégâts. Grêle et vents violents auraient également sévi vers Barbezieux, La Couronne et Ruelle où la grêle aurait perturbé une fête foraine (témoignage sur charentelibre.fr)... Angoulême reste relativement épargnée, le festival Musiques Métisses ayant eu peu à souffrir des intempéries.
Mais les dégâts les plus lourds frappent le sud du département, où des grêlons gros comme des oeufs de pigeon (diamètre 2 à 3 cm) hachent la végétation et endommagent diverses structures notamment à Blanzac, où une partie de la toiture d'un garage explose sous l'impact des grêlons.
Les sapeurs- pompiers sont intervenus une quinzaine de fois sur le secteur pour dégager des chaussées encombrées par des branchages, des poteaux électriques ou de téléphone tombés. Des dégâts dus aux vents violents sont également rapportés sur notre page Facebook sur le secteur de Mérignac.


La dégradation se décalera ensuite vers le NE via les pays de Loire et la région parisienne. Foudre et enclume impressionnante sont notamment photographiées à Argenton-Sur-Creuse dans l'Indre (36).
A 1 h 20,  la partie la plus intense se situait à l'ouest de Chateauroux et à 1 h 30 locales, le radar montre également une notable intensification en Dordogne. Ensuite, durant le reste de la nuit la dégradation continuera de se décaler progressivement vers le NE 
Ce matin à 8 h 48 le gros des impacts se concentrait encore sur le NE et la Belgique.
..

 

   
Carte des impacts à 1 h 20 locales - source : Météociel  /  Image radar à 1 h 30 locales montrant les zones d'intensification en Dordogne - source : Infoclimat  /  Foudre et enclume sur Argenton-sur-Creuse (36) - photo Jérôme Leveillé



En conclusion, on notera qu'une supercellule avérée a été mentionnée pour cette soirée, qui s'est déplacée de Gironde jusqu'en Pays-de-la-Loire. En plus de la supercellule girondine avérée par l'observation à distance de la rotation généralisée (chasseurs-observateurs formels), la Gironde  a vu se développer jusqu'à 4 ou 5 orages rotatifs durant toute la soirée auxquelles peuvent aussi s'ajouter les deux possibles structures formées sur le 17. Si tous ces cas avaient été avérés, le total aurait pu s'élever à 6-7 supercellules, autorisant alors le qualificatif d'outbreak supercellulaire. Mais comme nous le précisions déjà dans la première édition de ce billet où nous émettions cette hypothèse, cela demandait confirmation. Or, il se trouve qu'hormis la supercellule validée de Gironde, les autres développements plus modestes en dimensions et sans signature radar en crochet caractéristique, tiennent davantage du simple orage rotatif que de la SC proprement dite. Pas d'outbreak donc. Ce qui n'enlève hélas rien à la violence locale des éléments.

Enfin, "l'affaire" n'est pas encore terminée puisque des dégradations potentiellement violentes sont encore envisagées pour aujourd'hui et demain. En raison de cette violence potentielle des orages à venir, nous vous recommandons d'être prudents et de consulter régulièrement les cartes de vigilance Météofrance qui peuvent être émises et autres sources. D'autres suivis Ouest-orages seront mis en ligne ultérieurement.

 


 

 

 

Tous droits réservés - Association Ouest-orages