Retour sur les épisodes tornadiques du 27 février au 3 mars 2014

L'année dernière, la période allant du 27 février au 3 mars a été marquée par 6 tornades, dont 3 d'intensité F0 à F1/T3 sur la seule journée du 28 février lors du passage d'une ligne de grains sur les deux Charentes et les Deux-Sèvres entre 5h30 et 6h locales.


Le 27 février 

Une traîne active se met en place dans un rapide flux d'ouest/nord-ouest avec une instabilité et surtout d'importants cisaillements entre 0 et 6 kms (cf. radiosondage de Bordeaux).

- Une première tornade se forme dans ce contexte à Laurières (87) à 16h45 locales. D'intensité F0 (EF0 chez Kéraunos)  elle s'est probablement formée vers la voie ferrée avant de parcourir un trajet d'environ 2 kms à 2,3 kms en y causant des dégâts modérés pour la plupart (arbres fruitiers déracinés, grosses branches cassées, abri en tôles pulvérisé et toitures de tôles partiellement arrachées). Un versant d'une toiture est endommagé par un débris projeté et l'autre versant est aspiré par l'effet dépressionnaire. Des tuiles, une poubelle sont transportés sur plusieurs mètres. Pas de blessés mais une bergerie a été fortement endommagée. Le phénomène a atteint 60 m de largeur à la hauteur de Laurières.
Sur l'image radar ci-dessous à droite à 16h45, on repère une légère intensification sur le secteur de Laurières.

     
Arbre cassé et toiture partiellement arrachée à Laurières - © Alex Rivet  /  Image radar centre Ouest le 27/02/2014 à 16h45 locales - © météo60


Le 28 février


Comme prévu par les dernières modélisations fines de la veille, un nouveau régime de traîne très actif se met rapidement en place dès la toute fin de nuit principalement entre le centre-Ouest et un grand quart sud-ouest du pays. A l'origine de toute cette agitation, l'intrusion massive d'un nouveau système de basses pressions en provenance de Grande-Bretagne, drainant dans son sillage une masse d’air bien plus froide (jusqu'à -34°c autour des 5500m), cette dernière étant advectée à tous les niveaux, plus principalement d'ailleurs vers les étages moyens, et s’accompagnant d'une vaste, profonde et dynamique anomalie de tropopause. Ce puissant forçage d'altitude en provenance du proche Atlantique vient s'appliquer sur une atmosphère ainsi devenue progressivement faiblement instable (mucape vers 400-700 j/kg), généralement dès le milieu de la nuit en mer, avec l'arrivée de cette masse d'air très humide et nettement plus fraîche (vers -2°c autour des 1500 m), chassant l'air à peine plus doux encore présent dans les basses couches de la veille.
Une vaste ligne de grains active matérialisant le passage du front froid va alors se développer rapidement dès la première partie de nuit du 27 au 28 sur le quart nord-ouest, puis prend peu à peu de l’ampleur tout en continuant sa route en direction du centre-Ouest et du Sud-ouest au fil des heures dans un rapide flux d'Ouest/Nord-ouest. A son passage, cette limite frontale a provoqué de fortes précipitations par endroits et de fortes à très fortes rafales de vent : jusqu'à 137 km/h relevés sur l'île d'Oléron, 103 km/h au Cap Ferret et du coté de Bordeaux-Mérignac et 70 à 100 km/h ailleurs suivant les secteurs.


      

Radiosondage de Bordeaux-Mérignac du 28/02/2014 à 00h  /
Géopotentiels le 28/02/2014 - © Météociel / Position du jet stream le 28/02/2014 avec localisation de la zone impactée - © Météociel

Notre modèle WRF 7 km dont le secteur se trouve en plein cœur de la survenue de ces phénomènes suggérait clairement des indices atmosphériques favorables et relativement parlants quant au possible déchaînement des éléments à venir durant cette matinée du 28 février 2014, notamment dans le secteur impacté par les phénomènes :
–       Cape de surface prévue : 200 à 800 j/kg pour une Mucape quasi identique.
–       LCL (niveau de condensation) prévue entre 300 et 500 m d'altitude.
–       Indice TTI : vers 52 à 56 soit un risque d'orages modéré à fort.
–       Cisaillements de vitesse entre 0-6 km : 50 kts soit environ 25 m/s.
–       SHR – hélicité autour des 100 m²/s² entre 0-1 et 0-3 km.

Dopé par une dynamique générale marquée avec la sortie gauche d'une puissante branche de jet, une divergence d'altitude modérée et plus de 25 m/s de cisaillements de vitesse entre 0 et 6 km, ce virulent passage frontal a affecté de nombreux départements en y provoquant ponctuellement de puissantes rafales de vent. Ces rafales étaient le plus souvent d'origine convective, principalement en raison d'une forte intrusion d'un air plus sec autour de l'étage moyen et d'une convection relativement évoluée (niveau d'équilibre thermique évalué vers 5-6 km d'altitude dans le front et en baisse à l'arrière), potentiellement structurée selon les secteurs, comme le suggère le radiosondage de Bordeaux-Mérignac effectué environ 5-6 h avant le passage de la limite frontale.

La ligne de grains est passée entre 5h 15 et 6h, suivie par des vents violents. C'est lors de ce passage en tout début de matinée entre 5 h 30 et 6 h que se sont formées 3 tornades non mésocycloniques, l'une en Charente à Châteauneuf-sur-Charente (16), l'autre à Breuillet (17) et la troisième à Chenay (79). On peut les imputer aux vents cisaillants importants en basses et très basses couches, couplés à une humidité ambiante importante et à des abaissements de condensation relativement bas principalement au passage de la ligne de grains. Notons que l'activité électrique s'est avérée relativement soutenue pour la saison surtout durant cette première partie de matinée, globalement des Charentes à l'Aquitaine à la fois sous le passage frontal et de part et d'autre de ce dernier, avec de bonnes chutes de grésil et des flocons de neige à basse altitude.
Notons enfin que depuis le mois de décembre 2013, ces situations dynamiques propices aux régimes grains en flux d'Ouest à Nord-ouest étaient particulièrement récurrentes.


                                     
Image radar montrant le passage de la ligne de grains en matinée, où l'on voit que Breuillet a été touché avant Chateauneuf-sur-Charente, probablement entre 5h30 et 5h45 - Source Météo60 / Carte des cas de tornades survenus les 27, 28 et 29/02/2014 - Ouest-orages

- A Châteauneuf-sur-Charente (16), le phénomène d'intensité F1/T3 se forme vers 5 h 45 - 6 h. Il occasionne des dégâts conséquents sur le centre ville sur 20 à 50 m de large et le long d'un trajet de 150 à 200 m environ, longueur minimum sur laquelle nous avons pu confirmer les dégâts directement observés par les témoins avant la survenue des vents violents (toutefois, le trajet a du être beaucoup plus long et Kéraunos a relevé des dégâts sur 4 kms).
On décompte entre 25 et 40 maisons endommagées à titre divers. L'une d'entre elles, la plus sévèrement touchée, a eu sa charpente partiellement arrachée, dont une partie a traversé la rue en frôlant le toit du voisin au passge et en arrachant sa cheminée. Des ardoises de ce même toit ont été retrouvées à 150 m.  On déplore également un arbre déraciné, plusieurs cheminées de pierre arrachées, d'autres menaçant de s'écrouler, des hangars en tôle endommagés. Sur toute la longueur du trajet, les antennes sont toutes pliées à 45°.

  
   
Toiture et charpente presqu'intégralement arrachés à Châteauneuf-sur-Charente (16) - photo Cyril Guitton pour Ouest-orages  / Toiture endommagée à Breuillet (17) - © Lionel Degremont  / La vitrine cassée du magasin Pulsat - auteur inconnu, photo publiée par Royan-Actu


- A Breuillet (17) la tornade d'intensité F1 (?) a frappé entre 5 h 30 et 6 h sur un couloir très court (600 m) et une largeur allant de 20 m à 200 m. Un hangar a perdu une partie de sa toiture en tôles et une vitrine du magasin Pulsat a été cassée. Dans ce même magasin le faux-plafond a été endommagé, probable marque d'un soulèvement par le haut lié à la brutale baisse de pression caractéristique du passage des tornades. Sur certaines zones du couloir, la convergence des débris est d'une précision telle que nous avons même pu en déterminer le sens antihoraire de rotation de la tornade, une donnée encore rare dans les bases européennes.

- Enfin à Chenay (79), une dernière tornade se déclare sur ce même créneau horaire (5h45 locales). Classée F0 par l'ESSL, elle provoque quelques dégâts modérés dont l'arrachage partiel de la toiture en tôles d'un moulin.


Le 3 mars

Quelques jours après, le 3 mars, toujours dans un contexte de traîne active, d'autres lignes de grains vont donner naissance à deux nouvelles tornades :

- L'une se forme à Luçon (85) et cause des dégâts sur un trajet de 3 kms et une largeur de 30 m environ,  heureusement essentiellement sur des zones agricoles peu habitées. Des branches sont cassées, un petit arbre déraciné et projeté à une vingtaine de mètres, un cèdre brisé net à la base. Des toitures d'habitations sont légèrement endommagées, un hangar détruit et ses tôles projetées sur de grandes distances, Enfin une ligne à haute tension a été touchée entraînant une coupure d'électricité pour 13 500 foyers, ce qui a peut-être contribué à la médiatisation du phénomène. En effet, abondamment photographié et filmé, celui-ci se retrouve sous les projecteurs médiatiques durant plusieurs jours.

Deux superbes vidéos de cette tornade ont été tournées sur les lieux par des témoins. La première a été réalisée par un automobiliste circulant sur la D949 en direction de Luçon (angle de vue SE à E). Ce précieux document permet de distinguer une structure multivortex (plusieurs "tubes" tourbillonnaires simultanés de même origine). Phénomène dont on sait qu'il peut caractériser des cas de tornades notamment de très forte intensité, mais pour lequel les documents français sont très rares. On distingue également des lueurs de court-circuit (en américain power flash) à l'endroit où la ligne haute tension a été touchée. La seconde vidéo montre la tornade dans les premières phases de son trajet, vers Le Petit Fougeroux, angle de vue orienté N/NE.

 


- L'autre tornade, d'intensité F0/T1, frappe  Neuvic (24). Sur un trajet d'une longueur minimum de 160 ù et une largeur de 60 m, elle déracine des arbres le long de la départementale 6089 et détruit deux serres. Sur le côté gauche du trajet, seuls une poubelle et un trampoline se sont envolés.


     

Photos 1 et 2 : tôle déplacée et hangar détruit à Luçon (85)  - © Valentin Perrault  /  Photo 3 : arbre déraciné à Neuvic (24) - Photo Nicolas Caminel, publiée par Sud-Ouest


Tous droits réservés - Association Ouest-orages