10/06 Violents orages à nouveau hier et cette nuit


Dans la nuit du 9 au 10 juin, la région parisienne, l'Aube et le nord de la France subissent de violents orages de grêle qui laissent à nouveau des traces. Les vents par contre auront été plus modérés dans l'ensemble que la veille et le Sud-ouest aura été relativement épargné.
 

Depuis 16 h hier, 39 départements sont mis en orange par Météofrance et tous les prévisionnistes professionnels et amateurs s'accordent pour voir un très gros risque orageux sur une large bande SW/Nord. Sur certaines de ces régions, les orages auront hélas tenu leurs promesses, même si la ligne d'orages véritablement violents, elle, a frappé en Belgique, Allemagne et Pays-Bas, épargnant la France.

Durant la première moitié de la journée jusqu'à 15 h 30, des foyers orageux vont naître ou se réactiver ça et là dans le nord et le Nord-ouest du pays, avec une intensité globale nettement moins forte que la nuit précédente (lames d'eau maxi 10 mm en 6 h). Toutefois, se distinguent déjà dès 7 h 30 du matin une grosse concentration d'impacts en IDF et Centre, et une structure probablement supercellulaire sur Tours à la mi-journée. A 15 h - 15 h 30, une déstabilisation plus franche affecte à nouveau Nord et IDF ainsi que l'Orléanais.
 

                      
        Carte des impacts à 7 h 35 locales - Météociel  /  Structure supercellulaire à Tours, rotation visible à l'oeil nu - transmis par Thomas Haut sur notre page Facebook


A partir de 17 h, alors que l'ensemble tend à s'affaiblir, deux foyers d'intensification supercellulaires traversent l'Aube. L'une d'elle aura frôlé la ville de Troyes, motivant peut-être ainsi la réactualisation de la vigilance Météofrance, opérée presqu'immédiatement à 17 h 11, qui s'étend alors à 41 départements.
 

                     
                Image radar à 16 h 45 locales montrant les deux foyers d'intensification dans l'Aube- Météo60 /  Réactualisation vigilance Météofrance à 17 h 11


Une heure et demi plus tard vers 18 h 30, la supercellule de l'Aube s'est désagrégée et les cellules se décalent vers la Belgique. De nouveaux foyers apparaissent dans le sud des Landes ainsi que dans la Sarthe et le Maine-et-Loire. Mais ils semblent vouloir rester modérés et la suite des évènements tend vers une accalmie générale.
Toutefois un impressionnant coup de foudre, probable superbolt (coup de foudre positif très puissant) est photographié par Seb Lm à Bayonne /Anglet à 18 h 30. La surexposition photographique prend ici un caractère évocateur par son rendu de la puissance phénomènale de l'impact. Et surtout la foudre devait s'intensifier très fortement dans la soirée, comme en témoignage la vidéo ci-dessous (à droite) prise à Arvert (17). 


 
Probable coup de foudre positif sur Bayonne et Anglet - photo Seb Lm transmise sur notre page Facebook

[Pendant ce temps on notera qu'une ligne orageuse beaucoup plus violente, dont témoignent d'impressionnantes images satellite, a touché la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne. 144 km/h sont relevés à Dusseldorf (!) en début de nuit.] 
 

Vers 19 h- 20 h premiers grondements à Cambes près de Bordeaux. Alors que l'activité perdure en région Centre jusqu'en Normandie, on commence à observer une réactivation dans le sud-ouest. Dès 19 h des cellules naissent dans le sud des Landes et remontent dans la direction nord-est. Elle commencera à s'activer entre 20 h 21 h 30 en franchissant la ligne d'Angoulême, avec beaucoup d'intra-nuageux observés. On les voit clairement apparaître sur les deux images ci-dessous. La troisième image, elle, montre un tuba massif, apparu sur le secteur d'Arthenay dans le Loiret à 21 h 48 et qui se serait maintenu pendant 5 min.
 

        
 Image satellite à 20 h 30 locales - Eumetsat 2014 Météociel  /  Carte d'impacts à 20 h 30 locales - Eumetsat 2014 Météociel / Tuba au-dessus d'Arthenay - photo Eric Tarrit reçue sur notre page Facebook
 

Mais c'est surtout entre 23 h et 00 h qu'une ligne d'orages violents se forme entre Vienne et l'Eure-et-Loir, déjà durement touchés la veille, avec activité électrique intense. Elle s'étendra progressivement vers le nord sans rien perdre de sa virulence.
Cette ligne va alors gravement toucher la portion sud-est de la région parisienne, notamment la Seine-et-Marne où des grêlons géants de 10 cm sont relevés en pleine ville. La ville de Paris elle-même subit alors un très violent orage de grêle avec foudroiement également intense. Sur tous ces secteurs la grêle a causé d'importants dégâts, motivant plusieurs centaines d'interventions des sapeurs-pompiers.


             
De gauche à droite : image satellite à 23 h 30 locales - Eumetsat 2014, Météociel  /  Grêlons géants de 8 cm sur 4 à Pontault-Combault(77) - photo publiée par Météociel, auteur inconnu  /  Grêlons géants en Seine-et-Marne -auteur Alerte 02 (pseudo), photo postée sur le forum d'Infoclimat


Dans les heures qui viennent, cette intensité se décale ensuite vers le nord, Aisne et région lilloise. A partir du milieu de nuit les choses se calment enfin et la vigilance orange est levée à 4 h du matin pour tous les départements concernés.
Pour le 10 dans la journée des orages nettement plus modérés sont prévus en Auvergne et Rhône-Alpes ainsi que sur l'Est;
 

Conclusion
Certaines régions ont pu voir se vérifier la violence convective prévue, notamment les chutes de grêle exceptionnelles en région parisienne mais le Sud-ouest aura été, lui, relativement épargné. Durant cette journée et celle d'hier, on notera également le caractère localisé des cumuls parfois impressionnants enregistrés, comme en témoigne ce récit de chasse dans le 86 et le 37, dont l'auteur n'aura reçu que très peu de pluie. Les vents seront eux aussi restés modérés dans l'ensemble sur notre pays, ne dépassant pas 70-80 km/h dans leur ensemble (sous réserve d'éventuels phénomènes locaux non encore portés à notre connaissance). Au total, près de 128 000 impacts de foudre ont été relevés hier d'après Météorage.
Enfin on mentionnera le fait heureux qu'il n'y ait eu a priori aucune victime (humaine et probablement animale) lors de ces épisodes orageux violents successifs. En revanche, dans certaines localités la destruction des cultures et les dégâts causés aux infrastructures auront des conséquences socioéconomiques au moins locales ou personnelles.
 

 


 

 

Tous droits réservés - Association Ouest-orages