Grêlons géants ? Le résultat d'une expérience humaine, vraiment ? ...

Les grêlons géants tombés sous orages durant la première décade du mois de juin semblent avoir suscité comme une sorte d'intérêt soudain chez certains politiciens et dans le même temps ont engendré certaines interrogations légitimes chez quelques uns de nos lecteurs... 
Alors complot d'une partie du gouvernement français "visant à faire grossir la taille des grêlons" pour compenser une frustration personnelle?! Ou la vérité est-elle ailleurs comme par exemple au travers d'une simple explication scientifique tout à fait banale pour expliquer la mécanique de la formation de tels grêlons surdimensionnés dans un type d'orage bien spécifique ?!
Alors comme Mudler et Scully n'ont apparemment pas retrouvé de "X-file" caché dans les profondeurs secrètes d'un sous-sol parisien farouchement gardé par une conspiration de méchants politiciens anonymes... voici La réponse et L'explication à ce phénomène parfois impressionnant.



Le 24 juin dernier, un député de l'Oise évoquait devant l'Assemblée Nationale, lors d'une séance de questions au gouvernement, la "rumeur propagée par des personnes soi-disant très bien informées faisant état d'expériences anti-grêle menées notamment à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, avec des techniques et des produits nouveaux. Ce qui provoquerait la formation de grêlons de taille et de forme qui se sont abattus dans un périmètre [...] à côté de Roissy". (Le Dauphiné.com)


Vidéo de l'intervention du député - Youtube


Et bien non, monsieur le député, aucun mystère là-dedans, aucune action humaine occulte, aucun complot à envisager
même sous forme hypothétique. Les actions réelles existantes sur la grêle, menées notamment par l'ANELFA, ont des effets très limités et recherchent à l'inverse la diminution de la taille des grêlons. A l'heure actuelle il reste encore rigoureusement impossible d'agir de façon significative à l'échelle d'un orage de grêle.
Alors me direz-vous, pourquoi ces grêlons géants ? La réponse, simple et bien connue des météorologues et amateurs passionnés, tient en un seul mot : supercellule.
Qu'est-ce qu'une supercellule ? Il s'agit d'une structure orageuse géante qui peut prendre naissance en de nombreux points du globe quand certaines conditions atmosphériques bien particulières et précises s'avèrent réunies (très grosse instabilité, dynamique très marquée...). Une supercellule est animée généralement par de très puissants courants ascendants (et descendants) qui vont permettre la formation rapide de la grêle et sa retombée vers le plancher des vaches. Les USA sont familiers de ce type d'orages qui peut prendre chez eux des proportions tout à fait hallucinantes en donnant au ciel une allure de fin du monde.

Par un mécanisme grossièrement imagé de va-et-vient (de haut en bas et de bas un haut...) à l'intérieur du nuage orageux, un peu comme le brassage du linge dans le tambour d'une machine à laver, les gouttelettes d'eau vont tout d'abord se solidifier (geler) en atteignant une certaine altitude où il règne des températures très basses... ainsi les grains de grésil relativement petits et légers vont-ils être récupérés à plusieurs reprises par ces violents courants ascendants et vont pouvoir croître, soit en se recouvrant d'une nouvelle couche de glace soit par simple agglomération entre eux.

De ce fait, tant que l'orage aura la capacité interne de pouvoir supporter le poids des grêlons alors formés et de taille souvent significative, ils continueront leur croissance inexorable jusqu’à ce que cet équilibre se rompe, les faisant alors retomber en direction du sol à travers les ascendances (matérialisant les chutes de pluies et / ou de grêle). Dans le cas d'une puissante supercellule, ces dimensions peuvent parfois être très impressionnantes.


Schéma d'une supercellule - Jérôme Petit



Ces orages supercellulaires (et les chutes de grêle excessives qui vont avec) sont recensés tout les ans sur notre pays. Ils ne sont donc pas rares et on peut en retrouver de nombreux exemples dans le passé sans pour autant remonter à l'âge de pierre. Avez-vous déjà oublié l'épisode orageux des 16-17.. 19 juin 2013 ? Le 25 mai 2009 et ses grêlons de 12 cm dans le NPDC ? L'épisode de Juillet 1983 dans le Poitou-charentes avec ses grêlons "gros comme des oranges" ? Des exemples parmi des centaines d'autres.

Non non rassurez-vous, aucune machine fabriquée par l'Homme, aucun autre procédé ni aucune conspiration gouvernementale (et encore moins extra-terrestre) n'est à l'origine de ce phénomène banal et bien connu du monde scientifique, et de nombreux passionnés de météo présents tous les jours sur la toile ou sur les routes vous font partager via leurs clichés et récits ces phénomènes extraordinaires qui ne finiront jamais de nous fasciner.

 

Jérôme Petit, Nicolas Baluteau


Tous droits réservés - Association Ouest-orages