Billets de fabiendelacour

15/05 Des orages supercellulaires isolément violents ont touché le Nord-est du pays dans la soirée du 13/05


Des orages de grêle parfois violents accompagnés localement de phénomènes venteux virulents ont affecté le Nord-est du pays :

18 H 25 : L'activité orageuse débute dans le Nord-est, sur les départements de la Haute Marne, de la Marne, des Vosges et de la Meuse. Ces orages donnent de fortes intensités de pluie et certainement de la grêle. A noter qu'ils se forment en plein sur la ligne de convergence de basses couches qui se met en place en cette fin d'après midi (rencontre entre le vent d'ouest à Nord-ouest et le vent de Sud à l'avant).
A surveiller dans les minutes qui viennent une possible évolution en supercellule. D'autres cellules orageuses vont éclore dans les heures qui viennent principalement dans le Nord-est mais resteront peu organisées.

EDIT 18 H 55 : La cellule orageuse de Chaumont présente un caractère supercellulaire avec de fortes chutes de grêle, elle se déplace vers Langres.

19 H 25 : L'activité orageuse s'intensifie dans le Nord-est avec déjà 3 supercellules recensées donnant des chutes de grêle de parfois 5 cm de diamètre. Des rafales de vent de plus de 90 km/h ont été parfois relevées. Une grande prudence est nécessaire entre la Haute Marne, les Vosges, la Meurthe et Moselle et le sud du Bas Rhin. Nous relevons également plus de 6000 impacts ces 30 dernières minutes.
Actuellement, cela se reforme du côté de Chaumont, dans le secteur où est né vers 18 H la première supercellule, d'autres cellules orageuses parfois supercellulaires sont à attendre

EDIT 19 H 51 : Prudence sous une supercellule qui affecte le secteur de Sélestat dans le Bas Rhin.
D'après Kéraunos, 5 supercellules moteur droit et 2 supercellules moteur gauche ont été en activité il y a peu.

19 H 53 : Attention au risque de tornade sous la supercellule avérée qui circule sur le Bas Rhin dans les environs de Sélestat (tornade qui a finalement eu lieu sur secteur quelque peu montagneux de Gerbépal).

20 H 30 : Les orages ne faiblissent pas dans le Nord-est avec même actuellement la reformation de cellules supercellulaires en Haute Marne et qui se dirigent petit à petit vers l'Est. Des chutes de grêle d'environ 5 cm de diamètre, une activité électrique intense et des très fortes rafales de vent descendantes sont à craindre sous ces foyers orageux.
La prudence va être de mise une grande partie de la soirée. Attention à d'éventuels phénomènes tornadiques en plaine d'Alsace.

A noter également qu'un gustnado a été observé sur le plateau de Langres sous une supercellule bien constituée.

En fin de soirée, l'activité orageuse s'évacue hors de nos frontières en affectant fortement l'Allemagne qui connaitra d'ailleurs 3 tornades d'intensité F2 ou F3. Cependant, une dernière ligne orageuse se constituera à partir de la Côte d'Or en se dirigeant vers le secteur de Belfort. Elle donnera naissance à une nouvelle supercellule qui sera notamment active aux abords de Vesoul avec une forte activité électrique.

Le Nord-est connaitra jusqu'à 28000 impacts de foudre durant la soirée ce qui constitue une importante dégradation orageuse. Au final, 10 ou 11 supercellules ont été recensées avec une forte majorité de moteurs droits.
Le 17/05 après enquête de terrain réalisée par Guillaume Hobam et Kevin Leclercq, et pouvant finaliser le dossier final réalisé par KERAUNOS, il est établi que la tornade de Gerbépal était une EF2 (F2 ?). Le dossier est disponible sur http://www.keraunos.org/actualites/faits-marquants/2015/tornade-gerbepal-13-mai-2015-vosges-lorraine-martimpre-straiture.html.

Carte france 22811113881 10205877980461517 7027841931928831668 n11229381 811495508945282 5175090428097526548 n

Prévision Ouest-orages du 13/05 au 14/05 - Cliché Supercellule @Guillaume Hobam - Grêle secteur des Vosges - Cliché Supercellule Haute Marne @Nils Pigerre - Vidéo Tornade EF2 (F2 ?)  de Gerbépal (Vosges)

11181864 841369972615127 688455182577380946 o

 

10/05 : Risque orageux assez faible en milieu de semaine malgré une dégradation en vue

Pour le milieu de semaine prochaine c'est à dire Mercredi, le risque orageux demeure assez faible à priori même si un talweg d'altitude s'infiltrerait à partir des côtes de la Manche en direction du Centre.

Les valeurs de MUCAPE (instabilité latente), sont en effet très importantes mais ne s'accompagnent pas vraiment d'autres paramètres favorables à une dégradation orageuse généralisée. Si les modèles restent en l'état, l'absence de forçages d'altitude ne facilitera pas la convection et la mise en place d'un axe orageux organisé.
A l'heure d'aujourd'hui, on peut tout au plus envisager quelques orages locaux entre Nord Rhône-Alpes, Bourgogne et Franche Comté principalement. La région Centre pourrait également être concernée.

Etant donné l'échéance encore lointaine, il est inutile d'exposer davantage de détails. Bien sur ces modélisations seront certainement soumises à des évolutions. Mais au final, la configuration nous semble pas très favorable pour des orages en milieu de semaine.

A suivre.

Nmm 30 87 0

06/05 EDITO : La prévision convective CAD orageuse est-elle défaillante?

Je lance le sujet suite à diverses réactions par rapport à l'épisode orageux de Lundi soir qui a paru pour certains être un "flop".

Je me permettrai donc très humblement de rappeler certaines réalités concernant les orages. Je suis peut être pas le mieux placé pour le faire car à la base je suis un prévisionniste généraliste qui a bifurqué un peu et grâce à Ouest-orages vers la prévision convective.

D'une manière générale, la prévision des orages est la plus compliquée qui soit, d'un niveau similaire de celui de la prévision de neige. Chacun jugera, certaines prévisionnistes seront d'accord avec moi et d'autres non.
Il faut aussi tout d'abord rappeler qu'il y a deux catégories d'orages, il y a ceux qui se développent dans l'air froid et ceux qui se développent dans l'air chaud. Les orages d'air froid se déroulent le plus souvent à l'arrière des fronts froids dans les ciels de traine souvent hivernaux. Ils sont localisés souvent près des côtes de la Manche ou de l'arc atlantique. Leur prévision reste hautement difficile car ils ont souvent un caractère très anarchique et bénéficient ou non de paramètres locaux favorables à leur développement. Il n'y a rien de plus désorganisé qu'un épisode d'orages d'air froid.

Concernant les orages d'air chaud, leur prévision est souvent plus aisée mais tout reste à nuancer et il est possible d'établir des catégories :
- Nous avons les orages orographiques qui se développent par évolution diurne près des reliefs au gré de petits forçages, ils sont souvent présents lors de situations de marais barométrique avec des pressions autour de 1015 HPA. Ce sont des situations fréquentes au printemps notamment. Leur prévision concernant la localisation est un casse tête car les modèles ne sont pas en mesure de cibler vraiment correctement où peuvent se réaliser ces petits forçages. Ainsi un orage peut donner des trombes d'eau avec un caractère stationnaire sans flux à un endroit donné. A moins de 5 km de ce lieu impacté, il peut y avoir un temps complètement sec.
- Nous avons les orages pré-frontaux, frontaux et de fronts ondulants qui sont plus faciles à prévoir car faisant partie d'une mécanique générale plus simple à appréhender. Cependant encore une fois nous ne pouvons pas localiser pleinement où aura lieu un orage, certaines localités pouvant passer à travers. Les zonages réalisés par Ouest-orages et Keraunos sont adaptés dans la mesure où une partie d'un département peut être concernée et l'autre non.

Concernant les dégradations de grande ampleur, il suffit qu'un seul paramètre important ne soit plus en phasage avec la mécanique générale, pour qu'il y ait des modifications majeures qui souvent ont du mal à être appréhendées par les modèles à mailles fines. Lundi soir, la dépression qui stationnait à partir du large du Portugal, a mis davantage de temps pour remonter vers les Iles Britanniques ce qui a permis à l'air chaud d'être impulsé plus longtemps sur le pays. On s'est donc retrouvé avec un déphasage entre la surface et l'altitude, le forçage d'altitude ayant filé davantage au Nord avec un axe de convergence qui s'est développé dans une zone où l'instabilité potentielle était moins importante. C'est très technique, je m'arrêterai là mais un seul paramètre qui diffère, et toute une prévision peut être à refaire.

Pour la réalisation de la prévision convective lors d'une situation orageuse à venir notamment en été, nous regardons jusqu'à 20 paramètres différents sur également différents modèles à mailles fines. Une prévision complète peut prendre 2 H à 2 H 30 de travail quand l'on souhaite tout passer au peigne fin pour fiabiliser au maximum la prévision. Ce n'est donc pas un travail de "Madame Irma" et chaque jour en plus de l'analyse des modèles, il convient de réaliser des observations du temps en direct car dès le matin on peut déjà parfois se poser des questions notamment lorsque le temps est quelque peu différent que ce qui avait été annoncé. Pour exemple, une couverture nuageuse importante en cours de journée, peut contrarier l'instabilité potentielle convective accumulée et inhiber la cumulification amenant aux orages.

Au final sachez-le, la prévision au km près n'existe pas et les décalages sont très fréquents. Les modèles numériques ne peuvent pas tout appréhender et l'observation humaine des éléments extérieurs est indispensable. De plus rentre en ligne de compte des paramètres locaux par rapport aux reliefs, aux cours d'eau qui peuvent influencer le comportement des orages. La connaissance du milieu local est donc INDISPENSABLE encore une fois.

Je m'arrêterai là dans ma démonstration tant il y a de choses à dire et expliquer, en espérant que vous prendrez le temps de me lire. En tout cas, n'hésitez pas à réagir devant cet article car rien ne vaut le débat.

Merci d'avance.

Fabien DELACOUR

11228912 766002663519236 8152534110865577209 n
Date : 20 Septembre 2014 à Toulouse -
auteur du cliché : Dorian DZIADULA 

Lire la suite

Tous droits réservés - Association Ouest-orages