Une fausse tornade

 

Dans nos récentes actualités nous avons relayé un phénomène présenté comme une tornade, survenu à 18 h 31 vers Hussigny dans le nord Meurthe-et-Moselle, sur la foi de cette photo de Valentin Séverin et des commentaires qui l'accompagnaient.

Très vite, nous avions préféré employer le conditionnel étant donné la minceur des éléments (unique témoignage indirect) et le fait que nous nous contentions de relayer l'information sans enquêter nous-mêmes. Mais force nous est d'admettre qu'ici la photo était particulièrement bluffante. Le nuage-matrice ressemblant à s'y méprendre à ces nuages-mur surabaissés susceptibles d'être animés d'une rotation et donner naissance à une tornade, et le "tube" lui-même faisant particulièrement illusion. Nous hésitions plutôt sur la question de la jonction au sol ou non et ne nous étions décidés à employer le conditionnel que par simple principe de précaution.
  

Tornade ou long tuba dans le secteur de Hussigny près de Herserange (54) - photo Valentin Séverin (Facebook)


Or, sur le site Kéraunos *  a été postée cette deuxième photo du même phénomène, qui elle révèle une réalité toute autre. Il s'agissait en fait d'un très spectaculaire abaissement de condensation touchant presque le sol, confirmée également par des vidéos.



Le même phénomène photographié sous un autre angle - cliché Yohan Denis, publié sur le site Kéraunos


Spectaculaires mais parfaitement inoffensives, ces fausses tornades leurrent fréquemment leurs observateurs et nous en avions d'ailleurs déjà parlé dans un précédent billet (lien ci-dessous) : ces lambeaux de nuage pendant sous le plafond nuageux et résultant d'un abaissement de condensation peuvent faire d'autant plus illusion qu'ils sont parfois animés de turbulences, même lorsqu'ils restent en hauteur et qu'au sol l'ambiance est encore calme.
Beaucoup moins inoffensifs en revanche sont les rideaux de pluie ou de grêle très denses et très resserrés qui eux aussi peuvent faire illusion.. et causer de lourds dégâts en prime. D'ailleurs puisque nous parlons dégâts, les orages actifs qui sont le plus souvent à l'origine de ce type de phénomène-leurre peuvent eux aussi en parallèle causer des dégâts, bien réels ceux-là, qu'on serait alors tentés d'attribuer à la fausse tornade.

La grêle quant à elle peut également se rendre responsable d'une autre confusion, sonore celle-là, son bruit pouvant simuler celui d'une tornade lorsqu'elle est très violente.

Notons aussi que même les arcus, ces grands nuages en forme d'arc que l'on voit arriver en avant-garde des fronts orageux, de forme parfois très lisse et tubulaire, peuvent faire illusion lorsqu'ils sont animés d'un mouvement de rotation verticale (en rouleau). En effet vue par la tranche, cette rotation en rouleau peut simuler parfaitement un mouvement tourbillonnant via la confusion hauteur-largeur induite par l'effet de perspective. 

Voir le billet intitulé Un phénomène qui interroge : tornade ou rideau de pluie ?   (avec le spectaculaire exemple d'un arcus trompeur)



Nicolas Baluteau



Sur cette page, Kéraunos évoque le chiffre de 8 tornades recensées en France en 2013 (sous-entendez : par l'organisme lui-même, et à la date de rédaction de ce billet). Déjà à cette même date, on pouvait quasiment ajouter la trombe marine de La Coubre (17) dont il a été démontré qu'elle a en réalité pénétré dans les terres au-dessus de la forêt et un autre cas de tornade au Pin d'intensité F0/T1 voire F1 validé par Ouest-orages (chiffres non exhaustifs). Les fausses tornades ne doivent donc pas faire oublier que nos chiffres de recensement des vraies tornades ne sont, eux, que des chiffres-planchers et que ce phénomène relativement marginal dans la plupart des régions n'en demeure pas moins une réalité dans notre pays.    

Tous droits réservés - Association Ouest-orages