Un phénomène qui interroge : tornade ou rideau de pluie ?




Ce 23 mars dernier, a été postée sur Facebook une photographie bien révélatrice du caractère difficile à déterminer de certains phénomènes. L'auteur (pseudo Ciel Orageux) a lui-même posé la question sur le réseau social :  s'agissait-il d'une tornade ou d'un rideau de pluie ? Nous-mêmes avons beaucoup discuté à ce sujet, et Jean Yves Frique de Belgorage s'est lui aussi intéressé à ce cas. Des échanges fructueux que ce billet va tenter ici de résumer.

Le phénomène a donc eu lieu le 23 mars, à 50 kms environ de l'agglomération bordelaise (Gironde). Il a été vu et photographié à 18 h locales, l'auteur nous affirmant l'avoir repéré déjà formé. Il aurait ensuite duré environ 2 minutes.
A première vue, et même si la base du nuage peut avoir été cachée par des nuages plus proches, j'ai tout de suite pensé à un rideau de pluie et continue de privilégier cette hypothèse. Certains rideaux de pluie très denses et étroits à la fois peuvent en effet revêtir des aspects particulièrement trompeurs. Le contexte va également dans ce sens : on avait affaire à un faible monocellulaire d'évolution diurne, avec une activité pluvieuse isolée et temporairement assez marquée, associée à une faible activité électrique (quelques intras et rares impacts au sol). Donc a priori, contexte métérologique non propice à la formation de tornades significatives en intensité comme en durée. La durée du phénomène (2 minutes voire plus) conforte encore davantage l'hypothèse car une durée de plusieurs minutes signe généralement une tornade déjà conséquente en intensité, donc très peu probable dans un tel contexte. Et enfin, surtout, un membre du forum Eléments du temps nous rapporte avoir observé un rideau de pluie dense et étroit dans les environs de Pessac ce même jour.

Néanmoins un léger doute résiduel nous empêche de conclure définitivement à un simple rideau. On sait que des landspouts ou autres phénomènes tourbillonnaires faibles peuvent se former contre toute attente dans des contextes peu développés. L'auteur de la photo nous a précisé que le monocellulaire qui a donné naissance à ce phénomène s'est maintenu durant 2 à 3 heures, longévité révélatrice d'un minimum de "ressources". De plus ici manifestement la base du nuage n'est pas visible, cachée par des nuages de premier plan, et vu de face comme c'est le cas sur la photo, il est difficile de déterminer si la masse sombre est derrière ou incluse dans les précipitations alentours. Beaucoup d'incertitudes visuelles donc. Enfin la base du "phénomène" est plus large que le haut et surtout, celui-ci semble "surgir" de l'avant du paquet nuageux, laissant envisager un possible gustnado...


Tornade ou rideau de pluie ? Cliché pris à 50 kms de Bordeaux environ - crédit Ciel orageux (pseudo)
(légèrement assombri en post-traitement)

 

Bon disons le clairement : faute d'avoir pu nous rendre sur place et en l'absence de tout autre retour, on ne saura malheureusement jamais vraiment à quoi on a eu affaire ici, même si l'hypothèse du rideau de pluie très dense demeure ici la plus vraisemblable. Néanmoins, outre l'esthétisme et le caractère spectaculaire du phénomène photographié quel qu'il soit, ce cliché donne matière à réflexion.
Il montre de manière flagrante à quel point il peut être difficile d'identifier clairement un phénomène. En particulier, certains rideaux de pluie très denses et étroits peuvent être visuellement trompeurs, et d'autres types de phénomène comme les arcus vus par la tranche (2ème photo ci-dessous) peuvent simuler une tornade ou un tuba en trompant nos sens. Il convient donc de rester prudent et ne pas s'affoler (ou se réjouir si on est chasseur) trop vite.

Les photos ci-dessous sont de beaux exemples de ces illusions visuelles. Prise en Auxerrois, la première n'est qu'un simple pannus (abaissement très local de condensation), tout à fait inoffensif et qui ici rejoint le sol. La deuxième, prise à Lonzac en Charente maritime, a suscité un certain émoi dans la presse (Sud Ouest) et même parmi les passionnés de météo. Emoi d'autant plus renforcé que la catastrophe de Hautmont était encore toute fraîche dans les mémoires d'alors. Les photos publiées par Sud Ouest en particulier étaient particulièrement trompeuses. Et pourtant... Il s'agissait en réalité d'un très bel arcus, vu par la tranche, dont la rotation verticale, sous cet angle de vue, allait même jusqu'à créer l'illusion de la rotation horizontale d'une tornade !


  

1) Pannus tornadoïde farceur, photographié par Yannis Tron le 6 août 2007 dans l'Auxerrois
2) Fausse tornade et véritable arcus, photographié par Renée Blondet le 9 septembre 2008 à Lonzac (17). Le cliché, on ne peut plus spectaculaire, a fait l'objet d'un article du quotidien Sud Ouest qui a parlé de tornade.



Au-delà de ces difficultés d'identification et de ces phénomènes trompeurs prenant l'aspect d'une tornade, l'exemple de ce probable rideau de pluie montre aussi les difficultés rencontrées, dans l'autre sens cette fois-ci, quand il s'agit de diagnostiquer un phénomène. Difficultés notamment liées à toutes les incertitudes et failles dans nos connaissances des phénomènes tourbillonnaires, que nous sommes obligés d'envisager dans des contextes pourtant a priori non propices, et qui font qu'ici nous ne pouvons non plus établir avec certitude le caractère non tourbillonnaire de ce cas. 


 


 

Tous droits réservés - Association Ouest-orages