22 et 23 juin : dégradation orageuse dans la moitié sud du pays



Dès la matinée du 22 juin, des orages forts concernent déjà la Vendée et les Charentes. La nuit du 22 au 23 de puissantes structures multicellulaires remontent d'Espagne et frappent Aquitaine, Gironde et Charentes avant de se décaler sur le Massif Central et l'est du pays durant la matinée du 23.



Prévisions. Zonage et intensité de ces orages semblent avoir été bien cernés dans l'ensemble par la plupart des prévisionnistes, prévoyant sur les zones les plus à risques la possibilité de structurations multicellulaires avec fortes précipitations et bourrasques. La faible dynamique atmosphérique générale n'autorisait guère la formation de supercellules, même si le risque n'était pas tout à fait écarté par notre prévisionniste. Prudence d'ailleurs étayée par l'amorce d'une possible supercellule LP observée et photographiée par un chasseur-photographe dans les environs d'Angoulême en matinée du 22 (voir en dessous).  

        
De gauche à droite : cartes de prévisions Ouest-orages pour le 22 et pour le 23 - © Jérôme Petit pour Ouest-orages.org  /  prévisions Estofex pour le 23 juin


Dans la nuit du 21 au 22, des photos prises par notre coéquipier Cyril Guitton témoignent déjà des orages qui éclatent en Gironde.

    
Orages en Gironde durant la nuit du 21 au 22 - photos Cyril Guitton

      
De gauche à droite : Foudre au sud de La Roche-sur-Yon - photo Valentin Perrault  /  Carte d'impacts Météorage montrant l'arrivée des orages sur les côtes vendéennes  /  possible amorce d'une supercellule LP au NE d'Angoulême - photo Benoit Tibaud  /  Foudre et rideau de précipitations compact en Vendée dimanche matin - photo Sophie Grellier


Dans la matinée du 22
, une avant-garde d'orages actifs sur l'océan aborde la Vendée et frappe notamment une zone allant des Sables-d'Olonne à La Roche-sur-Yon. On comptabilise une dizaine de millimètres dans cette zone, localement plus, ainsi qu'environ 200 impacts de foudre. Des coupures d'électricité sont signalées vers Olonne-sur-Mer ou encore La Tranche-sur-Mer (source Climat-Vendée). Sur le secteur d'Angoulême (16) la possible amorce d'une supercellule LP est observée et photographiée par le chasseur Benoit Tibaud. Si avérée, cette structuration supercellulaire aura vraisemblablement avorté faute de cisaillements et de dynamique générale pour entretenir sa rotation et son intensité.

En fin d'après-midi et début de soirée, des foyers orageux naissent dans le Massif Central et le Sud-ouest, occasionnant de gros dégâts localement. A Massiac dans le Cantal vers 19 h 45, des chutes de grêlons gros comme des oeufs entraîne plus de 70 interventions des sapeurs-pompiers pour des toitures endommagées, pare-brises explosés, chaussées couvertes de branchages. (article France 3 Auvergne). En fin d'après-midi l'ouest toulousain est inondé par un violent orage qui déverse 55 mm en seulement 3 heures, soit l'équivalent de tout un mois de Juin (article Sud-Ouest).

En fin de soirée vers 22 h, alors que des pluies orageuses modérées se manifestent toujours près du Massif Central et des Pyrénées, une nouvelle offensive pluvio-orageuse remonte du nord de l'Espagne -où l'on observe déjà de fortes concentrations au radar- et s'apprête à gagner l'Aquitaine. Sur la carte des impacts à 21 h 45 locales et l'image radar régionale, on voit aussi se développer des foyers orageux sur le sud des Charentes et le NE de la Dordogne.
Une vidéo tournée cette nuit sur Bordeaux nous montre un impact probablement positif (à partir de 0 min 17) - auteur Ciel Orageux (pseudo).

 
Carte des impacts à 21 h 45 locales - météociel  /  Image radar à 21 h 30 locales - Infoclimat  

 

De 22 h aux premières heures du matin,
 alors que le premier système multicellulaire en provenance d'Espagne termine de balayer une grande partie des Pyrénées Atlantiques en tout début de nuit, la convection s'enclenche soudainement et plus nettement par le coté oriental de l'ancien système convectif en phase de dissipation. Cette nouvelle vague orageuse touchera le département du Gers durant la première partie de nuit tout en progressant en direction du Lot-et-Garonne et de la Gironde (ce qui est notons le, relativement rare), puis en amont du coté de la Dordogne.

Jusqu'à présent organisés en simples systèmes multicellulaires, ces foyers orageux se structurent au fil des heures en un vaste et massif MCS (Mesoscale Convective System) avec des zones présentant de fortes intensités de précipitations, parfois et localement sous la forme de chutes de grêle. Une concentration d'impacts touche alors la Gironde et la Dordogne (région de Saint-Emilion) et des dégâts significatifs concernent notamment la Dordogne entre 2 h et 4 h du matin, qui déplore deux incendies à Tourtoirac et Bouteille-Saint-Sébastien, des arbres tombés sur les routes et des inondations (article Sud-Ouest).  Le sarladais a été particulièrement touché avec des centaines de foyers privés d'électricité.
Peu après, c'est au tour du nord de la Charente Maritime, des zones littorales (rochelais, marandais) aux secteurs mathaliens à l'est du département, d'être touché par les orages. Malgré sa mauvaise qualité la capture vidéo ci-dessous prise près de Marans (17) témoigne de l'intense activité électrique. Vers 5 h en Corrèze la foudre provoque plusieurs départs de feu notamment au Pescher, où l'incendie entraîne même la destruction complète d'une habitation (article France 3 Limousin).
A 0 h 30  Météociel mentionne déjà des lames d'eau significatives sur les 3 heures écoulées, dont 22 mm à Urepel (64) et 22 mm à Peyrelevade (19). 

A 8 h du matin, Météofrance rapporte depuis la veille 14 h des cumuls > 55 mm  : 64 mm sur Saint-Emilion (33), 63 mm sur Médillac (16), 59 mm sur Pierre-Buffières (87), Frayssinet (46), Cirat-la-Porcherie (46), 57 mm à Montlieu (17). 


        
De gauche à droite : Image radar à 0 h 15 locales - Météo60  /  Foudre sur le secteur de Marans (capture d'écran vidéo) - vidéo Thomas Faucher /  Foudre en Dordogne - photo Benoit Tibaud



            
   
                       De gauche à droite : Grêlons énormes à Massiac -photo France 3 Auvergne  /  Impact à Montendre (17) - photo Aurel Castandet  / 

Plus tard dans la nuit, la dégradation va se décaler vers les régions de l'Est. Le lyonnais est touché vers 8 h - 8 h 30 en matinée du 23.

Le 23 juin dans un contexte encore instable, deux tubas étaient observés à Talmont-sur-Gironde et à Toulouse, et une petite tornade se formait sur le secteur d'Authon-Ebéon en Charente Maritime (billet).


Tous droits réservés - Association Ouest-orages